Indice de liberté économique le Maroc se maintient dans le ventre mou du Country Rankings

Indice de liberté économique le Maroc se maintient dans le ventre mou du Country Rankings

L’indice de liberté économique du Maroc est de 63,3 ce qui place son économie à la 81ème place de celles des plus libres de l’index 2021. Son score global reste inchangé, avec une baisse de la liberté des échanges compensée par des améliorations de la liberté monétaire et d’autres indices à son avantage. Le Maroc est classé 9ème sur les 14 pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA).

Son indice global est supérieur aux moyennes régionales et mondiales et le place dans le ventre mou (modéré) du classement « Index of Economic Freedom » ou l’indice de liberté économique, un indicateur fondé sur un ensemble de dix critères économiques, créé par la Fondation Heritage et le Wall Street Journal. Son objectif affiché est de mesurer la liberté économique dans les différents pays du Monde. Cependant,  quoique l’économie marocaine soit restée modérément libre cette année, trois domaines de l’Indice en particulier la freinent. Le premier on le prête à l’intégrité du gouvernement et auquel on reproche la lutte trop molle contre la corruption. Le deuxième, consiste à renforcer le système judiciaire pour le rendre plus fiable et transparent ce qui d’après Fondation Heritage augmenterait l’efficacité de la lutte contre les méfaits officiels. Enfin, il est recommandé, de remédier aux rigidités du marché du travail ce qui améliorerait la productivité.

Tout en en louant  la longévité de la Dynastie Alaouite (17ème siècle)  et la  Monarchie constitutionnelle avec un parlement élu, Fondation Heritage et le Wall Street déclarent que le Maroc est un allié occidental clé dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Le document fait savoir également que l’économie devrait se contracter de 7,0% pour l’année à venir et que des mesures ont été prises après 2011 pour accroître le pouvoir et l’indépendance du Chef du gouvernement (actuellement Saad Dine El Otmani) et offrir de plus grandes libertés civiles. Le roi Mohammed VI reste celui qui coiffe le tout, d’une influence stabilisatrice clé, dit encore Fondation Heritage.

En plus d’une grande industrie du tourisme et d’un secteur manufacturier en croissance, l’industrie aéronautique a attiré les investissements étrangers et est actuellement l’industrie à la croissance la plus rapide en termes d’emploi. Environ 30% seulement des terres sont enregistrées dans le système formel, et presque tout cela se trouve dans les zones urbaines. Les tribus possèdent collectivement plus d’un tiers des terres au Maroc.

Le taux d’imposition le plus élevé sur le revenu des particuliers est de 38% et le taux d’imposition le plus élevé sur les sociétés est de 31%. Les autres taxes comprennent une taxe sur la valeur ajoutée. La charge fiscale globale équivaut à 27,6% du revenu intérieur total. Les dépenses publiques ont représenté 30% de la production totale (PIB) au cours des trois dernières années, et les déficits budgétaires ont représenté en moyenne 3,8% du PIB. La dette publique équivaut à 65,8% du PIB.

La plateforme en ligne de traitement des permis de construire a été améliorée et il est désormais possible de demander et d’obtenir des certificats de conformité en ligne. Le Maroc a également facilité l’obtention de l’électricité. Les réglementations du travail sont rigides. Le gouvernement subventionne les prix du gaz butane, du sucre et de la farine.

Le Maroc a huit accords commerciaux préférentiels en vigueur. Le taux tarifaire moyen pondéré en fonction des échanges est de 9,7 pour cent et 44 mesures non tarifaires sont en vigueur. Les investisseurs étrangers et nationaux sont généralement traités de la même manière en vertu de la loi. Le secteur financier concurrentiel continue de croître et offre une gamme d’options de financement. La bourse ne restreint pas la participation étrangère. En 2020, des mesures ont été prises pour augmenter la liquidité du système bancaire.

Dans le top 5 du classement du « Country Rankings » on trouve Singapour (89,7), la Nouvelle Zélande (83, 9), l’Australie (82,4), la Suisse (81,9) et l’Ireland (81,4). Les Emirats arabe unis sont la première Nation de la région MENA et ils se classent 14ème (76,9), Israël vient ensuite 26ème (73,8) et Qatar 31ème (72). Les Etats-Unis sont 20ème (74,8), le Japon 23ème et l’Allemagne 29ème (72,5), la Tunisie 119ème (56,6), la Mauritanie 128ème (56,1) et l’Algérie 162ème (49,7).

Le marché noir de carburant va bon train au Maroc