Casablanca : Les professionnels des Hammams montent au créneau et exigent une réouverture

06 Mar 2021 à 19:33 Société
Casablanca : Les professionnels des Hammams montent au créneau et exigent une réouverture

Les professionnels des Hammams souffrent depuis une année de la crise du coronavirus qui continuent de les empêcher de continuer leurs activités. Très remonté par la décision des autorités de maintenir leur fermeture, les différents acteurs de ce secteur ont décidé d’élever la voix.

C’est l’un des secteurs les plus impactés par la crise sanitaire. Fermés le 20 mars 2020 lors de l’annonce du confinement, puis rouverts le 25 juin, quelques jours après le déconfinement, les Hammams ont à nouveau fermé deux mois plus tard, le 20 août, à Casablanca, Marrakech et Beni Mellal, en raison de l’augmentation des cas du coronavirus.

A Casablanca, la fermeture des Hammams a poussé ceux qui y travaillent d’organiser un sit in devant le siège de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc pour exiger la reprise de leurs activités.

Les Hammams fermés se situent dans 15 préfectures et provinces sur un total de 82. Selon un responsable du gouvernement, leur réouverture demeure tributaire de l’amélioration de la situation épidémiologique et de la décision des comités locaux ad hoc. Leur fermeture notamment dans les zones confrontées à un nombre élevé de contaminations par le coronavirus, est due au fait qu’ils sont des espaces propices à la propagation du virus.

Cependant, dans la Métropole, ceux qui sont impactés ne l’entendent pas de cette oreille et ont donc décidé d’agir. Dans ce sens, ils ont informé qu’ils tiendront un sit-in, accompagnés de leurs familles devant le siège de la Wilaya de la région de Casablanca-Settat, à partir du mercredi 17 mars.

Une pétition en ligne avait déjà vu le jour en février dernier, pour exiger la réouverture des Hammams. « La profession des métiers des hammams et spas de Casablanca [s’indigne] devant les mesures de fermeture imposées à leurs établissements depuis le mois de mars de l’année dernière », avait précédemment écrit l’auteur de cette pétition.

« Ce domaine, qui regroupe pas moins de 15.000 établissements et fait vivre des dizaines de milliers de personnes dans le formel et l’informel, mérite qu’on s’y intéresse pour pouvoir aider ce secteur grandement entaché par le Covid et largement ignoré par tous », ajoute la même source.

Il y a quelques semaines, le gouvernement marocain a promis une indemnisation aux employés des Hamams pour perte d’emploi, selon le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme et des relations avec le parlement, Mustapha Ramid.

Ces employés seront recensés en vue de les indemniser, vu les dommages subis par cette catégorie à cause de la fermeture de leur lieu de travail, avait-t-il précisé.

Bouchra Rahmouni met en lumière les coûts économiques des inégalités de genre dans le marché du travail au Maroc