Coronavirus: La Belgique prolonge l’interdiction de voyages non essentiels

05 Mar 2021 à 22:56 Monde
Coronavirus: La Belgique prolonge l’interdiction de voyages non essentiels

La Belgique a prolongé l’interdiction de voyages non essentiels à l’étranger et vers le pays, jusqu’au 18 avril, a annoncé vendredi soir le Premier ministre belge Alexander De Croo, mais des assouplissements des mesures anti-coronavirus devraient être assouplies.

Alors que la fermeture des frontières de la Belgique aux voyages non essentiels est en vigueur depuis déjà quelques mois, et la Commission européenne a vivement critiqué cette décision qui sort des accords en place pour l’UE, Bruxelles a estimé qu’il était nécessaire d’étendre cette mesure.

En effet, le pays craint de passer par une troisième vague du coronavirus mais pour la Commission européenne, il s’agit d’une mesure « disproportionnée ».

Parallèlement à l’extension des restrictions de voyages en dehors du pays, le Premier ministre belge Alexander De Croo, a également annoncé un calendrier d’assouplissement des restrictions anti-Covid, après une réunion sur la pandémie associant les chefs d’exécutifs régionaux. Il s’agira dans un premier temps d’opérer des allègements concernant les activités en plein air.

Ce calendrier est seulement à titre « indicatif » et prévoit une réouverture progressive des cafés-restaurants et des salles de spectacle à partir du mois de mai, au moment où les activités culturelles sont au point mort dans le pays.

« Nous sommes bien conscients de la nécessité de perspectives après cinq mois d’efforts soutenus », a déclaré Alexander De Croo ajoutant que « ce n’est pas un calendrier automatique, il faudra tenir compte des admissions hospitalières ».

Selon lui, la semaine dernière, « il y avait un doute sur le risque d’une courbe (d’hospitalisations) exponentielle » mais il s’est félicité que ça ne soit « pas le cas », et si la courbe continue de baisser un allègement des mesures sera envisagé. Mais, le Premier ministre a affirmer vouloir rester prudent car « la situation reste très délicate ».

Pandémie: L'UNICEF met en garde contre l’impact du confinement sur la santé mentale des enfants