Marché du travail : Cherchez la femme !

Marché du travail : Cherchez la femme !

Le taux d’activité des femmes a baissé de 1,2 point passant à 21,5% en 2020 contre 22,7% en 2019, d’après le Haut-commissariat au Plan (HCP) qui a dressé le portrait de la population active occupée en 2020.  Une annus horribilis dont l’emploi a été le principal perdant à cause de Dame Covid.

D’après la dernière note d’information du Haut-commissariat au Plan (HCP) sur les principales caractéristiques de la population active occupée en 2020, l’économie nationale a, ainsi, perdu 432 000 postes d’emplois, 137 000 en milieu urbain (-2,2%) et 295 000 en milieu rural (-6,3%), après une création annuelle moyenne de 121 000 postes au cours de la période 2017-2019.

La conjoncture du taux d’emploi généralisé qui était à la baisse durant les années 2017-2019 de 0,3 point (passant de 41,9% à 41,6%) a vu cette tendance chuter de 2,2 points entre 2019 et 2020, passant de 41,6% à 39,4%, relève le HCP. Le Haut-commissariat souligne en outre qu’entre 2019 et 2020, le recul du taux d’emploi a été nettement plus important en milieu rural avec une baisse de 3,2 points, de 50,3% à 47%, qu’en milieu urbain où ce taux n’a chuté si l’on peut dire que de 1,6 point, passant de 36,9% à 35,3%. La baisse du taux d’emploi a été également plus accentuée parmi les hommes (2,6 points) que chez les femmes (1,9 point). En 2020, le nombre de femmes actives s’élève à 21,5%… contre 22,7% une année auparavant. Le HCP a également noté que 46,1% des salariés bénéficient d’une couverture médicale assurée par l’employeur dont 57,3% parmi les femmes, et que le taux de couverture par un système de retraite est légèrement plus élevé parmi les femmes que les hommes, respectivement 27,5% et 23,1%.

Autres indications : La part des salariés ne disposant d’aucun contrat s’élève à 43,2% parmi les femmes contre 58,2% parmi les hommes, et la baisse relative des heures travaillées par semaine a été plus élevée parmi les femmes (-24,4% passant de 86 millions à 65 millions heures) que parmi les hommes (-19,4% passant de 408 millions à 329 millions heures). Le HCP met également en avant qu’environ 14% des actifs occupés exercent un emploi non rémunéré, les ruraux avec 29,9%, plus que les citadins (3%), et les femmes avec 35%, plus que les hommes (8,6%). Pour ce qui est du taux d’activité le Maroc, reste en retard par rapport aux niveaux mondiaux des taux de participation des femmes au marché du travail. Ce taux se situe entre 20% et 30% en 2019. Selon le HCP, le taux d’activité s’établit en 2019 à 21,5% chez les femmes contre 71% pour les hommes et le taux d’emploi à 18,6% contre 65,5% pour les hommes.

Selon une analyse « Coûts économiques des inégalités de genre dans le marché du travail au Maroc » publiée par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), les taux d’activité se sont réduits de 24% depuis 2000. Cette situation s’explique par plusieurs facteurs. Outre la conjoncture économique et sanitaire, les normes liées au genre, le cadre juridique, la structure de l’économie et du marché du travail, les contraintes familiales (enfants et parents à charge) peuvent aussi expliquer le faible taux d’activité des femmes.

Selon les trois indices de développement (PIB par habitant, fécondité et niveau d’éducation) qui ont été appliqués au cas du Maroc, le Royaume à la conclusion devrait accroître le taux d’activité des femmes de 15 à 20 points de plus que le taux enregistré en 2019, soit 21,5%. Enfin mais là aucune surprise, le chômage s’est encore creusé en 2020, malgré les mesures exceptionnelles mises en place par l’Etat pour soutenir les opérateurs économiques. Ainsi, le taux de chômage s’est accru de 2,7 points entre 2019 et 2020, pour passer de 9,2 à 11,9 %.

Le Maroc, premier exportateur arabe vers le Brésil en janvier