Le Royaume prend part au 155è Conseil de la Ligue arabe des ministres des AE

03 Mar 2021 à 20:48 Politique
Le Royaume prend part au 155è Conseil de la Ligue arabe des ministres des AE

Les travaux de la 155è session du Conseil de la Ligue des Etats arabes ont débuté, mercredi au siège de la Ligue au Caire, au niveau des ministres arabes des affaires étrangères, avec la participation du Maroc.

Le Maroc est représenté à cette réunion par une délégation conduite par Nouzha El Ouafi, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, chargée des Marocains résidant à l’étranger.

La délégation marocaine comprend l’ambassadeur du Royaume en Égypte et représentant permanent du Royaume auprès de la Ligue des États arabes, Ahmed Tazi, et le chef du département des organisations arabes et islamiques au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Abderrahim Meziane.

Les ministres arabes des affaires étrangères s’attèleront à l’examen d’un certain nombre de questions liées à l’action arabe commune, à leur tête la question palestinienne et le conflit israélo-arabe. Ils évoqueront, à cet égard, les derniers développements du processus de paix dans la région, l’activation de l’Initiative de paix arabe, les violations israéliennes dans la ville occupée d’al-Qods et la sécurité hydrique arabe.

L’ordre du jour de la réunion comprend également des questions liées à la sécurité nationale arabe, dont l’évolution de la situation qui prévaut en Syrie, en Libye, au Yémen et au Liban, la sécurité de la navigation et de l’approvisionnement énergétique dans la région arabe, et le soutien à la paix et au développement au Soudan.

La réunion abordera aussi la question de l’ingérence iranienne dans les affaires intérieures des pays arabes, les dangers que pèsent les armements israéliens sur la sécurité et la paix arabes, la création d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive au Moyen-Orient, ainsi que les relations arabes avec les groupements régionaux et internationaux, dont le processus de coopération arabo-africaine, le partenariat euro-méditerranéen et la coopération avec la Ligue des États arabes, les Nations unies et le Conseil de sécurité des Nations unies.

Sur le plan social, les ministres arabes des affaires étrangères doivent discuter du soutien aux personnes déplacées dans les pays arabes, en particulier en Irak, du projet de stratégie arabe de prévention et de lutte contre toutes les formes de violence à l’égard des réfugiés, en particulier la violence sexuelle à l’égard des femmes et les filles, le projet de stratégie du Réseau arabe pour les femmes médiateurs de la paix, et de l’amendement du nom du « Comité arabe des droits de l’homme » en « Comité arabe de la Charte des droits de l’homme ».

Maroc-Afrique ou les états de la diplomatie du "juste milieu"