Nabil Benabdallah : Le Maroc, pionnier dans la lutte contre la pandémie du coronavirus

26 Fév 2021 à 19:34 Politique
Nabil Benabdallah : Le Maroc, pionnier dans la lutte contre la pandémie du coronavirus

Le Maroc, grâce aux instructions du roi Mohammed VI, a été pionnier dans la lutte contre la pandémie du coronavirus, a indiqué le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Mohamed Nabil Benabdallah.

Benabdallah a fait savoir que les pays du monde, y compris le Maroc, ont adopté des mesures sociales pour soutenir les citoyens durant la pandémie, notant que le Maroc a été pionnier en la matière.

« Le Maroc a mis en place des mesures préventives et sociales, tout en allouant des moyens exceptionnels pour renforcer les capacités hospitalières et créer le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus, estimant qu’il est nécessaire de saluer les réalisations du Maroc en matière de lutte contre la pandémie, surtout qu’environ 3 millions de Marocains ont été vaccinés au moment où d’autres pays sont encore loin derrière », a-t-il expliqué.

« Parmi les résultats de cette pandémie figure la détermination du Maroc à généraliser la couverture sociale globale, un projet qui, en cas d’élaboration durant les cinq prochaines années, créera une révolution au sein de la société marocaine, à travers l’élargissement du champ de la retraite, la couverture sanitaire, les allocations familiales et l’indemnité pour perte d’emploi », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Benabdallah a souligné que la pandémie a révélé la nécessité d’oeuvrer pour un modèle de développement où l’Etat sera au centre des politiques en tant qu’Etat qui guide, encadre, légalise et appuie, tout en étant efficient, et ce pour l’émergence d’un véritable secteur privé, un Etat soucieux de faire avancer l’économie, de renforcer le tissu entrepreneurial et d’augmenter la capacité de production et la création de la richesse, ainsi que sa distribution de manière équitable.

Le Maroc a accompli des réalisations considérables au cours des deux dernières décennies, a-t-il affirmé, relevant néanmoins que la demande de soutien provenant de 6 millions de Marocains pendant la période de la pandémie est un indicateur sur lequel il est nécessaire de s’arrêter, afin de combler les déficits et réduire les disparités sociales et territoriales, qui constituent un défi pour toutes les composantes de la société marocaine.

Il a également averti contre certaines voix, y compris au sein des médias, qui sous-évaluent le rôle des acteurs politiques, des partis et des institutions démocratiques représentatives (gouvernement, Parlement, conseils élus,…), estimant que construire une démocratie véritable et ouverte ne peut se faire par des médias qui détruisent la politique, ou une politique qui détruit les médias.

« Le Maroc a réalisé de grands progrès, mais des lacunes demeurent encore, et nous devons progresser vers davantage d’ouverture, et montrer qu’il existe une volonté de construire et d’arriver à plus de réformes sur plusieurs niveaux », a-t-il relevé.

Espagne-Maroc: Les relations entre les deux pays sont "sans équivalant"