Coronavirus : 500.000 morts aux USA « Mon cœur souffre pour vous » Joe Biden

23 Fév 2021 à 19:38 Monde
Coronavirus : 500.000 morts aux USA « Mon cœur souffre pour vous » Joe Biden

Aux Etats-Unis, plus d’un demi-million de personnes sont décédées du Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de l’université Johns Hopkins, qui fait référence en avançant que 500 585 personnes ont succombé au virus dans le pays. Les experts préviennent qu’environ 90 000 morts supplémentaires sont tout à fait probables dans les prochains mois, malgré la campagne massive de vaccination. 

Maigre consolation les Etats-Unis au cours des dernières semaines connaissent à l’image du monde du reste, une tendance à la baisse, les décès sont passés d’une moyenne de 4 000 par jour en janvier à 1 900 ces derniers temps et le nombre des infections quotidiennes ne dépassent plus 90 000, alors que le mois précédent ils avaient des pics à 200 000 et plus.

Après plus d’une année qui petit-à-petit assombrissait le tableau des Etats-Unis, la pandémie a dépassé lundi un jalon qui semblait autrefois inimaginable. C’est une confirmation flagrante de la portée de la virulence du virus qui a touché tous les coins du pays et toutes les communautés. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché au monde en valeur absolue (décès et infections)- qui recense par ailleurs plus de 28 millions de cas de contaminations, selon l’institution.

Ce bilan est «déchirant», a déclaré d’une voix émue le président américain Joe Biden lors d’une allocution depuis la Maison Blanche. Il a aussi ordonné lundi en soirée la mise en berne des drapeaux sur l’ensemble des bâtiments fédéraux. «Mon cœur souffre pour vous» a déclaré Joe Biden très ému alors que les États-Unis passaient hier lundi le cap des 500 000 morts du Covid-19. « Chaque jour dans ma poche, une petite carte que j’emporte avec moi dans mon emploi du temps, indique le nombre d’Américains qui ont été infectés par le Covid-19 ou en sont morts.

Et de poursuivre, « Plus d’Américains sont morts en une année lors de cette pandémie que lors de la première guerre mondiale, la seconde guerre mondiale et la guerre du Vietnam réunies. C’est d’avantage de vies perdues à cause de ce virus que n’importe quelle autre nation dans le monde ». Puis de compatir à la mémoire des morts et à la souffrance de leurs proches « Je sais ce que c’est, quand vous êtes là, à leur tenir la main, ce regard dans les yeux quand ils vous échappent, le remord du survivant… ».

Un demi-million de décès, (bilan de l’Université Johns Hopkins) c’est supérieur à la population de Miami ou de Kansas City, Missouri. C’est d’ailleurs comme l’a rappelé le président américain un chiffre supérieur au nombre d’Américains tués pendant la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Vietnam combinées. Cela s’apparente à un 11 septembre tous les jours pendant près de six mois. A d’autres moments de pertes épiques, comme les attentats terroristes du 11 septembre, les Américains se sont rassemblés pour affronter la crise et consoler les survivants. Mais cette fois, la nation est profondément divisée et Joe Biden conscient tente d’y remédier. Un nombre impressionnant de familles est aux prises avec la mort, la maladie grave et les difficultés financières. Et beaucoup doivent faire face à l’isolement, incapables même d’organiser des funérailles.

«Il m’est très difficile d’imaginer un Américain qui ne connaît pas quelqu’un qui est décédé ou qui a un membre de sa famille décédé», a déclaré Ali Mokdad, professeur de la santé à l’Université de Washington à Seattle. « Nous n’avons pas vraiment compris à quel point c’est dévastateur, pour nous tous ».

A la fin de l’automne dernier, 54% des Américains ont déclaré connaître quelqu’un qui était décédé du Covid-19 ou en avait été hospitalisé, selon un sondage du Pew Research Center. Le deuil était encore plus répandu parmi les Noirs américains, les Hispaniques et les autres minorités. Les décès ont presque doublé depuis lors, le fléau se propageant bien au-delà des régions métropolitaines du nord-est et du nord-ouest frappées par le virus au printemps dernier et les villes de Sun Belt ont été durement touchées l’été dernier.

« Pendant ce temps, le traumatisme de la nation continue de s’accroître d’une manière sans précédent. La vie américaine en est perturbée plus que jamais », a déclaré la militante Donna Schuurman du Dougy Center for Grieving Children & Families à Portland, Oregon. «D’une certaine manière, nous sommes tous en deuil», a déclaré Schuurman, qui s’était faite la conseillère des familles des personnes tuées dans des attaques terroristes, des catastrophes naturelles et des fusillades dans les écoles.

Flambée de cas Covid-19: La France opte pour des confinements localisés