Coronavirus: Le Mexique reçoit une cargaison du vaccin russe

23 Fév 2021 à 13:52 Monde
Coronavirus: Le Mexique reçoit une cargaison du vaccin russe

Le Mexique, pays où les morts liées à la pandémie battent des records, a reçu ses toutes premières doses de vaccin russe, le Spoutnik V. Quelques jours plus tôt, le pays avait reçu des doses du vaccin Sinovac.

Troisième pays le plus endeuillé dans le monde, le Mexique a enregistré depuis le début de l’épidémie 2.043.632 cas de contamination et 180.546 morts et le rythme des contaminations est l’un des plus rapides dans le monde en particulier dans la capitale Mexico.

Lundi, le pays a reçu lundi ses 200.000 premières doses du vaccin russe Spoutnik V destinés aux personnes de plus de 60 ans et l’opération de vaccination devrait débuter mercredi.

« Le contrat a été signé, comme vous le savez », et « aujourd’hui nous recevons les premières 200.000 doses », a déclaré le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, à l’arrivée de la cargaison.

« D’autres livraisons viendront ensuite », a-t-il rassuré pour ce pays de plus de 126 millions d’habitants qui a misé sur plusieurs vaccins.

En effet, le pays a déjà reçu samedi une commande de 200.000 doses du vaccin chinois du laboratoire Sinovac et avait reçu des cargaisons de vaccins Pfizer/BioNTech, d’AstraZeneca et de CanSino, un laboratoire chinois.

Le gouvernement mexicain a fait le choix de prendre les choses en main après une détérioration de la situation sanitaire, et l’absence de traitement sur place. Selon plusieurs sources locales, aucun traitement médical n’a été administré aux personnes atteintes du coronavirus.

Ainsi, le pays a fait partie des premiers pays à commencer leur campagne de vacciner en décembre. Le Mexique a démarré sa campagne d’immunisation du personnel médical le 24 décembre, les personnes âgées de plus de 60 ans le 15 février et l’exécutif s’est donné pour objectif de terminer la vaccination de cette catégorie de la population estimée à 15 millions de personnes d’ici la mi-avril.

Antonio Guterres pointe indirectement l'Algérie dans l'instrumentalisation du coronavirus