Quand la Défense de l’Algérie s’entremêle les crampons

Quand la Défense de l’Algérie s’entremêle les crampons

L’Algérie a « formellement » démenti ce dimanche, via un communiqué du Ministère de la Défense Nationale qui est du ressort de la présidence algérienne, toute participation des troupes de l’armée algérienne (ANP) à des missions en dehors des frontières dans le cadre du G5 Sahel nous apprend l’APS qui relaye en « perfect » voix de son maître, l’info ou l’intox c’est selon.

Si cela ne tenait qu’à ça, on s’en réjouirait tout en prenant acte sauf que les termes employés par le protocole sont indignes d’un cabinet présidentiel. Jugeons-en! L’allusion, on ne peut plus clair, est destinée au Royaume, n’y allons par quatre chemins d’ailleurs, tous conduisent à Tindouf, ce lourd fardeau que s’épuise encore à porter le régime militaire d’Alger.

« Certaines parties et porte-voix de la discorde ont relayé via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux des allégations dénuées de tout fondement, proférant que les actions et les opérations menées par l’institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères, et que l’Armée nationale populaire s’apprête à envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel, ce qui est faux et inadmissible » blablabla, fustige le ministère de la Défense ou la présidence algérienne dans un communiqué diffusé ce dimanche.

Jusque-là et en première lecture, on peut laisser passer et mettre cela sur le compte des hallucinations consécutives aux effets post-Covid sans variant aucun et qui rongent de temps en temps, l’imprononçable président algérien. De plus, si cela peut consoler les généraux et leur pantin, le peuple algérien n’a rien lu, les « voies des réseaux algériens étant impénétrables en Algérie » et du reste, ils le savent pertinemment.

Par ailleurs, c’est que le ministère de la défense ou plutôt la présidence, accuse le Maroc d’être derrière cette campagne, en affirmant que ce sont « des intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes ». Aussi est-il encore dit  « le ministère de la Défense dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays ».

Le communiqué affirme que l’ANP  « n’a jamais été, et ne sera jamais soumise dans ses actions qu’à l’autorité » du président de la République parfaite marionnette des généraux, et « conformément à ses missions constitutionnelles explicites et aux lois de la République, dans la défense de la souveraineté, de l’intégrité et de la sécurité nationales ». Le ministère de la Défense, rappelle que « la participation de l’Armée nationale populaire en dehors des frontières du pays, relève de la décision du peuple algérien, conformément aux dispositions de la Constitution de la République ».

On ne sait, si dans les effets post-coronavirus de Dame Covid-19, même traitée en Allemagne, est compris en héritage le package de l’amnésie partielle ou totale. Mais il serait bon tout de même de rappeler au « Raïs » nouveau ou ressuscité tout juste arrivé que la Constitution algérienne a été votée à moitié des 28% des votants dont la majorité est constituée des éléments de l’ANP.

« Nous saluons le discernement des citoyens, conscients des conspirations et des complots qui se trament contre l’Algérie, désormais connus de tous, et dans l’intérêt suprême de la Nation, nous les appelons à davantage de vigilance quant aux fake news colportées qui visent désespérément à nuire à la stabilité de la Nation », conclut le communiqué. Nous aussi, du moins pour ce qui est du salut mais pas à « mon général » ! Cependant, rien ne pourra nous empêcher de n’y voir que de la Schizophrénie pure et simple. Mais cela, nous l’avions constaté bien avant que le virus ne fasse apparition et s’attaque à son corps défendant à son excellence, bien au minuscule soit dit en passant.

El Otmani reçoit le président du CESE