Le sit-in des blouses blanche se heurte à une fin de non-recevoir à Rabat

20 Fév 2021 à 18:57 Santé
Le sit-in des blouses blanche se heurte à une fin de non-recevoir à Rabat

Les autorités locales de la capitale ont empêché une protestation de la coordination pacifique des étudiants d’infirmiers et d’infirmières diplômées et des étudiantes des Instituts supérieurs des professions infirmières et des technologies de santé de Rabat qui se sont rassemblées devant le siège du ministère de la Santé ce matin.

En effet une quinzaine de représentantes de cette corporation, d’infirmiers et d’infirmières, appartenant à un groupe de «diplômés de l’Etat» et des étudiants(es) des Instituts supérieurs des professions infirmières et des technologies de santé , portant blouses et brassard se sont réunies pour un éventuel sit-in devant l’Institution de tutelle à l’instar des autres villes du Royaume.

Des sit-in locaux, provinciaux et régionaux auraient également été organisés ce 20 février un peu symboliquement, devant des hôpitaux, des délégations provinciales et les directions régionales de la santé selon des manifestants.

Et s’ils n’étaient qu’une quinzaine selon l’une d’entre eux c’est par respect aux mesures qu’édicte la crise sanitaire. Et alors qu’elles allaient exprimer leur mécontentement et porter leurs revendications quant à la refonte de leur statut administratif, de leurs conditions de travail dont le réaménagement du temps de travail et en général, de leurs droits bafoués depuis plus d’une vingtaine d’années, elles se sont heurtées à une fin-de recevoir de la part des autorités présentes sur place.

La réunion a été dispersée sans violence certes mais tout de même on notera cette frustration à travers les dires des porte-paroles de ce mouvement, de ne pas s’être exprimées librement afin d’améliorer un sort figé. « Le ministère de la Santé persiste à ignorer les problèmes des infirmiers et techniciens de santé alors que nous sommes un maillon essentiel dans le système marocain de santé », déclare cette manifestante au micro de Hespress.

Et de poursuivre, « Nous voulions à travers cette manifestation dire que la profession d’infirmier est essentielle dans la qualité de la prise en charge des patients. Nous ne demandons grosso modo que la valorisation de notre profession, la mise en place d’un référentiel quant à cela, la création d’un Ordre national des infirmiers et techniciens de santé qui nous protégera,  et d’une loi-cadre fixant les droits et obligation des soignants ainsi que l’aménagement du temps et de l’amélioration de nos conditions de travail  ».

Mais la Grogne des blouses blanches à tous les niveaux de la corporation sanitaire publique ne date pas d’hier. La mauvaise gestion du ministère de la santé du dossier des infirmiers et techniciens de santé, les avait déjà poussés à lancer une grève de deux jours au beau milieu de la crise sanitaire. On ne voit pas vraiment les raisons qui poussent le département de Khalid Ait Taleb à ignorer cette catégorie de personnel de santé surtout en cette période que le pays traverse.

Reportage vidéo et photographique Mounir Mehimdate

Coronavirus/Maroc : 7 régions épargnées par de nouveaux décès