Afghanistan: Le président Biden face à un dilemme de taille

12 Fév 2021 à 15:03 Monde
Afghanistan: Le président Biden face à un dilemme de taille

L’Afghanistan pose de « sérieux dilemmes » au nouveau président américain Joe Biden, a indiqué une source américaine. Alors que les Etats-Unis ont annoncé leur désengagement complet en Afghanistan à la faveur d’une reprise de la paix dans le pays, la situation sur le terrain est compromise. 

La situation est très compliquée pour l’administration Biden, a confié une source américaine à Kaboul ayant requis l’anonymat à l’Afp. « L’administration Biden est face à des dilemmes vraiment très sérieux »,a confié ce haut responsable du département d’État américain.

Ce dernier a estimé que si les troupes américaines retirent d’Afghanistan comme s’était engagée la précédente administration de Trump et que « le processus de paix échoue, ce sera un retour à des violences généralisées ».

En effet, en février 2020, les Etats-Unis ont signé avec les talibans à Doha, un accord portant sur le retrait complet des troupes américaine d’Afghanistan le 1er mai 2021 en contre partie d’un retour à la paix.

Mais dans les faits, les épisodes de violences meurtrières, de bombes posées à la sauvette, de meurtres d’officiels et de responsables du gouvernement d’Ashraf Ghani sont une réalité quotidienne. Et ces actes terroristes non seulement menacent la sécurité mais aussi entachent les termes de l’accord conclu.

« Le niveau de violence reste très, très élevé (…), ce qui est choquant et profondément décevant », a indiqué le responsable du département d’État américain. « Cela nuit indéniablement à l’ambiance pour tout accord de règlement du conflit afghan », a-t-il ajouté.

Et si les talibans ne revendiquent jamais leurs attentats terroristes, laissant l’Etat islamique le soin de le faire, pour les Etats-Unis, leur implication et signature ne fait aucun doute. « De notre point de vue, les talibans sont responsables de la grande majorité des assassinats ciblés », a indiqué la même source.

Dès l’entrée en fonction de Joe Biden, son administration a ordonné de revoir les termes de l’accord signé avec les talibans, malgré le fait que les violences visant les soldats américains ont cessé depuis un an, aucun soldat américain n’a été tué.

Mais selon le responsable américain, si le président américain décide finalement de maintenir des soldats dans le pays au-delà de cette échéance, il doit s’attendre à ce qu’ils soient à nouveau visés par les insurgés.

Par ailleurs, si le climat d’extrême violence devait reprendre en Afghanistan, les Etats-Unis seraient obligés d’intervenir pour permettre un certain équilibre dans un pays miné par la guerre que les talibans livrent au gouvernement d’Ashraf Ghani.

Depuis son élection, le président afghan Ashraf Ghani, a demandé au président américain Joe Biden de ne pas précipiter un retrait complet afin que les talibans se mettent à la table des négociations de façon sérieuse.

Le gouvernement afghan est « anxieux et prêt à négocier. Il est allé à Doha préparé (…) et il n’a personne avec qui discuter, ce qui est décevant », a ajouté la source américaine estimant que les talibans se font peu d’amis dans l’opinion internationale avec cette approche.

Russie: Nouveau procès en diffamation pour Alexeï Navalny