Russie: Nouveau procès en diffamation pour Alexeï Navalny

12 Fév 2021 à 12:11 Monde
Russie: Nouveau procès en diffamation pour Alexeï Navalny

Le procès en diffamation de l’ennemi numéro 1 du Kremlin, Alexeï Navalny, s’est ouvert vendredi encore une fois. L’opposant qui a déjà été condamné à 3 ans et 8 mois de prison il y a près de deux semaines, voit en cela une tentative de l’interdire de s’exprimer.

L’avocat de 44 ans et opposant du pouvoir russe, avait été victime d’une tentative d’empoisonnement avec un agent neurotoxique en août qui l’a obligé à se soigner en Allemagne pendant plusieurs mois, brisant les conditions de sa remise en liberté, ce qui lui a valu une condamnation à plus de trois ans de prison ferme.

Sa condamnation a choqué dans le monde, surtout chez les grandes puissances qui ont appelé à le libérer de façon immédiate, mais la visite du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à Moscou pour discuter avec son homologue russe Sergei Lavrov s’est traduite par un échec.

Plusieurs manifestations ont été organisées dans de nombreuses villes en Russie pour dénoncer l’arrestation et la condamnation de l’opposant qui a gagné en notoriété après la diffusion d’une video-enquête sur un imposant palais qui appartiendrait au président russe Vladimir Poutine. Ce dernier a démenti ces informations.

Vendredi, Alexei Navalny retournait devant la justice pour la reprise d’un procès pour diffamation. Dès le début du procès la défense à demandé à récusé Navalny et ce dernier a lancé depuis sa cage en verre à la présidente Vera Alimova « d’aller prendre des cours » de droit.

Pour ce procès, le militant anti-corruption est accusé d’avoir diffamé un ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, qui était apparu dans une vidéo de campagne l’été dernier pour défendre le référendum ayant renforcé les pouvoirs de Vladimir Poutine.

Après la diffusion de cette vidéo, Alexei Navalny avait qualifié les intervenants de « honte de la Nation » et de « traîtres » et c’est Ignat Artiomenko, cet ancien combattant de 94 ans, qui l’attaque. L’avocat qui cherchait à se présenter pour les législatives en Russie, a estimé que la justice, à savoir le ministère public et la juge, étaient partiels et soumis au pouvoir.

La France doit emboiter le pas aux Etats-Unis quant à la marocanité du Sahara selon Benajmin Griveaux