Emmanuel Macron et Saad Hariri discutent de la crise libanaise

11 Fév 2021 à 18:11 Monde
Emmanuel Macron et Saad Hariri discutent de la crise libanaise

Le président français Emmanuel Macron a reçu mercredi soir le libanais Saad Hariri désigné en octobre pour former un nouvel exécutif, pour discuter des moyens de faire sortir le Liban de la crise.

Alors qu’il a été désigné par le président Michel Aoun pour former un nouveau gouvernement, et après avoir reçu les soutiens des parlementaires libanais, Saad Hariri est toujours dans l’incapacité de faire évoluer la situation politique au Liban qui subit de plein fouet une crise économique doublée d’une crise de confiance du peuple.

Le Liban a en effet traversé ces deux dernières années une série d’épisodes ayant fortement impacté ce petit pays très important sur la scène géostratégique au Moyen-Orient. Manifestations en masse, rejet de le classe politique jugée incompétente et corrompue, crise économique, inflation, et récemment deux explosions dans le port de Beyrouth qui ont endeuillé le pays, en causant 200 morts et plus de 6.500 blessés

Aujourd’hui le Liban est pressé par la communauté internationale de former un gouvernement pour engager des réformes sérieuses pour remettre l’économie du pays à flot. Plusieurs pays se sont engagés à aider le Liban mais en mettant toujours des conditions, à savoir la mise en œuvre de reformes dans le pays pour le sortir de la crise et rétablir la confiance.

Durant un diner qui aura duré en tout deux heures, le président français Emmanuel Macron a évoqué avec l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri qui avait déjà démissionné sur fonds de crise, les moyens de « surmonter » les freins à la formation d’un nouveau gouvernement, a indiqué l’Elysée sans donner plus de détails.

M. Macron et M. Hariri ont évoqué « les difficultés internes libanaises qui entravent la formation du gouvernement et les moyens de les surmonter », a indiqué le bureau du Premier ministre libanais.

Et d’ajouter que les deux homme ont aussi discuté des conditions du « soutien international au Liban » qui a été promis une fois formé « un gouvernement capable de mettre en oeuvre les réformes nécessaires pour arrêter l’effondrement économique et reconstruire ce qui a été détruit à Beyrouth par l’explosion du port en août dernier ».

Emmanuel Macron s’est personnellement investi dans le dossier libanais et s’était rendu deux fois dans le pays, notamment après les deux explosions du port de Beyrouth. Sa troisième visite était prévue il y a quelques semaines mais a dû être annulée après son infection au coronavirus.

Le président français a mis en place une initiative française » prévoyant notamment un gouvernement de « mission » et débloquer l’aide internationale conditionnée par la mise en place des réformes.

Coronavirus: L'Afrique va continuer à utiliser le vaccin d'AstraZeneca/Oxford