Conflit syrien: L’UNICEF s’inquiète de la mort d’au moins 22 enfants en janvier

02 Fév 2021 à 11:12 Monde
Conflit syrien: L’UNICEF s’inquiète de la mort d’au moins 22 enfants en janvier

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) a déploré la mort d’au moins 22 enfants dans des attaques durant le mois de janvier dernier en Syrie, pays en proie à la guerre depuis dix ans.

Selon l’UNICEF, quatre enfants ont été tués ce weekend dans le nord de la Syrie. Une jeune fille de 12 ans a été tuée dimanche lors d’une attaque à Azaz, dans le nord de la partie rurale d’Alep. Deux autres garçons font partie des dizaines de blessés de cette attaque, dont un bébé de moins de 12 mois.

Samedi, trois enfants ont été tués dans une explosion dans la ville d’Afrin, également située dans le nord de la partie rurale d’Alep, a déploré l’agence onusienne dans un communiqué.

Le coordinateur régional humanitaire adjoint de l’ONU pour la crise syrienne, Mark Cutts, a condamné ces attaques qui visent aveuglement les civils et demandé qu’elles cessent.

« Ces récentes attaques sont un rappel brutal que la violence se poursuit en Syrie et que les enfants continuent d’être en danger jour après jour », a déploré Bo Viktor Nylund, le représentant de l’UNICEF en Syrie, cité dans le communiqué.

L’agence onusienne a rappelé à toutes les parties au conflit syrien leurs obligations de protéger les enfants à tout moment et de s’abstenir de toute violence dans les zones civiles.

« Dix ans après le début du conflit, les enfants continuent d’être les plus durement touchés par des destructions, des déplacements et des morts sans précédent », a rappelé Nylund. « Ils ont perdu leur vie, leur maison et leur enfance. Il est grand temps que la violence en Syrie prenne fin ».

La semaine dernière, la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, avait alerté sur la récente flambée de violence dans le camp d’Al-Hol situé sur la frontière syro-irakienne. Elle avait également alerté sur le « manque désespéré » de services de base et la menace toujours présente de la Covid-19.

L’UNICEF plaide en faveur d’une solution de long terme pour la population de ce camp composé aux deux tiers d’enfants.

Corruption : Zuma ne veut pas coopérer avec la Commission judiciaire sud-africaine