Pays-Bas: Les émeutes liées aux mesures sanitaires maitrisées

27 Jan 2021 à 11:37 Monde
Pays-Bas: Les émeutes liées aux mesures sanitaires maitrisées

Après trois jours de violentes manifestations aux Pays-Bas à cause du nouveau couvre-feu imposé par les autorités, le calme a repris dans le pays avec une forte présence policière.

Les émeutiers regroupés dans plusieurs villes du pays étaient principalement des jeunes hommes. Ils ont répondu à des appels sur les réseaux sociaux pour dénoncer les nouvelles mesures imposées par le gouvernement pour tenter d’endiguer la propagation du coronavirus.

Parmi les mesures contestées figurent notamment l’obligation de porter des masques de type FFP2, mais surtout le couvre-feu qui n’avait plus été imposé depuis la Seconde guerre mondiale.

En trois nuits successives, les Pays-Bas ont connu les pires actes de vandalisme et de violences jamais enregistrés en 40 ans. Mardi, la police a annoncé avoir arrêté plus de 180 personnes pour leur participation aux violentes émeutes qui se sont produites durant la troisième nuit de violences, pour un total de plus de 400 arrestations en lien avec les émeutes.

Une trentaine de personnes ont également été arrêtées à Rotterdam pour vandalisme et violation du couvre-feu, durant la dernière nuit de manifestations.

Face aux troubles et aux casseurs, le gouvernement néerlandais a annoncé qu’il n’allait pas revenir en arrière. Le ministre de la Justice Ferd Grapperhaus a déclaré que le gouvernement maintiendrait le couvre-feu, en vigueur entre 21H00 et 04H30 jusqu’au 9 février au moins.

Le Premier ministre Mark Rutte a estimé que « 99% » des Néerlandais soutenaient les restrictions la veille de l’instauration du couvre-feu.

Il a appelé sur Twitter à ce que « la violence criminelle » cesse dans ce pays sans histoires. De son côté, le ministre des Finances Wopke Hoekstra a estimé que c’était « la racaille » qui était à l’origine des violences, des vitrines de magasins cassées, et des voitures brûlées.

« Vous ne capitulez pas devant les gens qui cassent les vitrines des magasins », a-t-il réagi mardi auprès de l’agence de presse néerlandaise ANP.

A la troisième nuit de violences et émeutes, un large dispositif policier était déployé dans le pays pour faire régner l’ordre et faire respecter le couvre-feu. Les policiers ont été déployés en grand nombre spécialement dans les villes d’Amsterdam, de Rotterdam et à La Haye.

Coronavirus : un jour dans le monde