El Otmani évoque les effets positifs du chantier de réforme des CRI 

21 Jan 2021 à 17:49 Politique
El Otmani évoque les effets positifs du chantier de réforme des CRI 

Le chef de gouvernement, Saad Eddine El Otmani, a abordé, lors du conseil de gouvernement de ce jeudi, les effets positifs produits par le chantier de réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI), lancé récemment.

Les indicateurs révèlent une hausse de près de 50% du nombre de projets d’investissement accompagnés par les CRI par rapport à 2019 et 2020, ainsi qu’une baisse des délais moyens de traitement des dossiers d’investissement, passés de plus de 100 jours à moins d’un mois, a relevé El Otmani lors de cette réunion tenue en visioconférence.

Il a, en ce sens, souligné l’importance de la plateforme numérique des CRI, qui s’inscrit dans le cadre de l’engagement constant du gouvernement à promouvoir et à encourager l’investissement, comme étant un producteur de richesse et un générateur d’opportunités de travail, notamment au profit des jeunes.

Pour lui, le chantier de réforme des CRI par rapport auquel le Roi Mohammed VI a émis des directives claires, à la suite desquelles a été promulguée la loi relative à la réforme des CRI conférant à ces centres l’indépendance administrative et financière et leur permettant de disposer de compétences larges et claires en vue d’accélérer le rythme d’autorisation des investissements, constitue l’une des manifestations de cet engagement.

Et d’ajouter que le gouvernement a accompagné ces centres en émettant un certain nombre de dispositions législatives et organisationnelles, orientées vers la simplification des procédures, la consécration de la clarté et de la transparence et l’atteinte de l’efficacité, tout en fournissant le soutien logistique et technique nécessaire, notant que la plate-forme numérique des CRI s’inscrit dans le cadre de ces procédures.

Il a, en fin, appelé à redoubler d’efforts afin de consolider la confiance des investisseurs nationaux et internationaux envers l’administration et le climat des affaires et à les encourager à investir davantage dans le Royaume.

L’abandon de la gestion déléguée fortement recommandée par le vox populi et les experts