Nucléaire: Trois pays appellent l’Iran à cesser immédiatement sa production d’uranium métal

17 Jan 2021 à 13:13 Monde
Nucléaire: Trois pays appellent l’Iran à cesser immédiatement sa production d’uranium métal

Alors que l’Iran a annoncé qu’elle allait commencer à produire de l’uranium métal, trois pays signataires de l’accord sur le nucléaire iranien ont fait part de leur grande préoccupation face à cette nouvelle violation de l’accord. Ils appellent « dans les termes les plus forts » l’Iran à cesser immédiatement ses activités qui n’ont aucune utilisation civile.

Mercredi, Téhéran a annoncé à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qu’elle avançait dans sa production d’uranium métal pour servir de carburant à un réacteur. Cette annonce a vite déclenché des préoccupations chez la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni qui ont réagit dans un communiqué commun.

Samedi, les trois pays ont appelé l’Iran à renoncer à ce projet, en cause, l’uranium métal peut être utilisé comme composant pour des armes nucléaires. « Nous, les gouvernements de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, sommes profondément préoccupés par l’annonce par l’Iran qu’il se prépare à produire de l’uranium métal », ont-ils écrit.

Selon les termes de l’accord signé en 2015, l’Iran se voit interdite de produire ou d’acquérir des « métaux de plutonium ou d’uranium ou leurs alliages » pendant 15 ans.

Les trois signataires du communiqué indiquent que l’Iran « n’a aucune utilisation civile crédible de l’uranium métal » et affirment que « la production d’uranium métal peut avoir de graves implications militaires ».

Paris, Londres et Berlin ont rappelé à Téhéran les implications de la signature de l’accord de Vienne et l’ont exhortée « dans les termes les plus forts » à cesser son activité.

« L’Iran s’est engagé pendant quinze ans, dans le cadre de l’Accord nucléaire de Vienne (ANCV), à ne pas produire d’uranium métal ni à mener des activités de recherche et développement dans le domaine de la métallurgie de l’uranium », ont-ils indiqué.

« Nous demandons instamment à l’Iran, dans les termes les plus forts, de cesser cette activité et de reprendre immédiatement ses obligations au titre du Plan d’action global conjoint si l’Iran veut vraiment préserver cet accord », ont ajouté les trois pays.

Tunisie: Le président Kais Saied n'a pas été consulté pour le remaniement ministériel