Nouveau revers pour le polisario : Le Bundestag retire la question du Sahara de son ordre du jour

14 Jan 2021 à 13:01 Politique
Nouveau revers pour le polisario : Le Bundestag retire la question du Sahara de son ordre du jour

Le Parlement fédéral allemand (Bundestag) a infligé un nouveau revers aux ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume. En effet, la chambre basse allemande a retiré de son ordre du jour de ce jeudi, la discussion de la question du Sahara marocain.

A l’origine de cette initiative visant à imposer la question du Sahara lors des travaux des députés allemands, le groupe des Verts, qui prétend vouloir «éviter l’escalade militaire et l’aggravation de la situation à Guerguarat au Sahara, ainsi que la réactivation du rôle du médiateur des Nations unies dans le conflit».

Toutefois, cette proposition, rejetée par la commission des affaires étrangères, dominée par la coalition CDU-CSU (Union chrétienne-démocrate allemande et Union chrétienne sociale), a finalement été retirée par les Verts, connus pour leur hostilité à la thèse marocaine.

Ces développements interviennent à la lumière de tournant amorcé dans la perception de la question du Sahara à l’international, notamment après la reconnaissance par les Etats Unis d’Amérique de la pleine souveraineté du Maroc sur l’ensemble de ses provinces du Sud, et l’ouverture dans cette zone de plusieurs représentations diplomatiques de pays frères et amis.

La dernière en date est justement le consulat général des USA à Dakhla dont les locaux ont été officiellement visités dimanche dernier par une délégation US de haut niveau, conduite par le secrétaire d’Etat adjoint américain en charge des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord, David Schenker.

En fait, la position officielle de l’Allemagne, et partant, celle de son parlement, est alignée à celle de l’Union européenne, consignée dans «la Déclaration politique conjointe», adoptée à l’unanimité des Etats membres, à l’issue des travaux de la 14ème session du Conseil d’Association Maroc-UE en juin 2019.

Cette Déclaration politique a consacré un «langage commun» entre le Maroc et l’UE sur la question du Sahara marocain, à savoir l’appui des efforts du Secrétaire général de l’ONU pour poursuivre le processus politique visant à parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à ce conflit artificiel et qui repose sur le compromis, en conformité avec les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

La position européenne est également concrétisée dans les derniers textes des accords agricole, aérien et de pêche qui ont expressément inclus le Sahara marocain dans le territoire national et coupé court à tout fantasme expansionniste de l’Algérie et consorts.

Fabrication et développement d’équipements militaires en discussions avancées entre Rabat et Washington