Le ministère de l’Intérieur porte plainte contre l’avocat Mohamed Ziane

12 Jan 2021 à 12:19 Politique
Le ministère de l’Intérieur porte plainte contre l’avocat Mohamed Ziane

Le ministère de l’Intérieur annoncé, mardi 12 janvier, son intention de déposer plainte contre l’avocat Mohamed Ziane, après ses propos diffamatoires concernant la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Dans un communiqué, le ministère affirme prendre cette décision conformément aux dispositions de la Constitution du Royaume, en particulier celles relatives à la garantie des droits des justiciables, des individus et des institutions, et dans le contexte de la volonté d’activer les exigences légales encadrant l’état de droit.

« La décision de porter plainte reste basée sur des faits matériels clairs », affirme le communiqué du ministère qui revient sur une série de vidéos dans lesquelles l’avocat, par ailleurs secrétaire général du Parti Marocain Libéral (PML), s’en prend à certaines institutions. Le ministère de l’Intérieur compte porter l’affaire devant le parquet près le tribunal de première instance de Rabat.

Le ministère de l’Intérieur affirme que « son recours au pouvoir judiciaire découle de son devoir constitutionnel de protéger et d’appliquer la loi, et de confronter tous les contrevenants, quels qu’ils soient, et de son engagement ferme à protéger ses employés contre les attaques, insultes et diffamations qui pourraient les viser dans l’exercice de leurs fonctions ».

Et d’ajouter que Mohamed Ziane, sans le nommer, a attaqué des institutions de l’Etat en faisant propager de « fausses accusations » et des « allégations passibles de sanctions pénales » après avoir insulté des agents publics dans l’exercice de leur fonctions.

En décembre, certains membres du PML se sont réunis pour demander la démission de Mohamed Ziane et l’ont accusé de les impliquer dans des conflits personnels. Me Ziane avait publié un communiqué au nom du parti pour demander la dissolution de la DGST.

L’Algérie et l’Afrique du Sud soutiennent mordicus la thèse séparatiste