Campagne agricole 2020/21 : Les agriculteurs retrouvent espoir après les dernières pluies

11 Jan 2021 à 16:35 Economie
Campagne agricole 2020/21 : Les agriculteurs retrouvent espoir après les dernières pluies

Les récentes pluies observées dans le Royaume, ont ravivé les espoirs des agriculteurs marocains. Cette année, la campagne agricole sera différente de ses précédentes, notamment 2020 marquée une sécheresse assez forte qui a impacté négativement les cultures agricoles. Est venue par la suite la pandémie du coronavirus, qui a aggravé encore plus la situation des agriculteurs nationaux.

Alors que la pluie était tant attendue par les Marocains, agriculteurs en particulier, les dernières précipitations ont battu leur plein durant cette deuxième semaine de décembre 2021 dans l’ensemble du territoire national, à la grande joie des agriculteurs, fortement dépendants de la pluviométrie pour mener à bien leurs activités quotidiennes, d’autant plus que la dernière saison a représenté une lourde perte pour eux au vu de la faible demande d’achat de bétail et des rendements agricoles limités. 

Ainsi, la réserve en eau d’un certain nombre de barrages du Royaume a augmenté, notamment dans la région de Souss-Massa. Le taux de remplissage total au niveau du barrage de la région de Souss est passé à 29,1% dès dimanche matin, tandis que celui des barrages nationaux a atteint une moyenne de 42%. Un bon indice qui assurera un bon démarrage de la saison agricole 2022.

Le Maroc compte actuellement 145 grands barrages, 250 petits barrages, tandis que 20 nouveaux barrages devraient être construits au cours de la période 2020-2027, d’une capacité de 5,38 milliards de mètres cubes, avec une enveloppe financière de 115 milliards de dirhams.

Dans ce sens, Omar Ouziad, un acteur de la société civile qui suit de près les affaires agricoles dans la région de Beni Mellal-Khenifra, a affirmé à Hespress que «les importantes précipitations enregistrées au Maroc, en particulier dans la région du Haut et du Moyen Atlas, auront un grand impact sur l’activité agricole au titre de la saison en cours ». 

Ouziad explique ainsi que «les agriculteurs ont été énormément touchés par la crise sanitaire actuelle liée à la pandémie du coronavirus, suite à la décision des autorités locales de fermer les marchés hebdomadaires pendant des mois, ce qui a impacté la vente de bétail, qui est une source permanente de revenu pour les éleveurs».

«Les saisons de sécheresses qu’a vécues le Maroc ces dernières années ont également contribué à la détérioration des conditions de vie des agriculteurs, en raison du manque de pluie dans de nombreuses régions, déjà  impactées par les changements climatiques et environnementaux », a-t-il ajouté, notant que « ces nouvelles précipitations sont prometteuses pour les agriculteurs des régions montagneuses ». 

Ouziad a ainsi appelé à « prendre soin des agriculteurs et des nomades qui vivent dans les Douars, en particulier les régions montagneuses, compte tenu des conditions difficiles qu’ils endurent pour assurer une nourriture pour leurs enfants ».

Cela nécessite selon lui de « multiplier les programmes gouvernementaux destinés à cette communauté de la société marocaine, afin de réduire les inégalités et les différences immenses entre les rgions urales et urbaines ». 

CAM inaugure à Témara sa 1ère agence Al Filahi Cash