Campagne de vaccination Anti-covid: Pourquoi ce retard ?

31 Déc 2020 à 08:34 Société
Campagne de vaccination Anti-covid: Pourquoi ce retard ?

Plusieurs pays de l’Union Européenne, les États-Unis, le Canada ou encore les Emirats-Arabes-Unis ont démarré leur campagne de vaccination anti-covid-19 comme annoncé à leurs citoyens. Au Maroc, cette campagne d’envergure a était annoncé en novembre, et à fin décembre, toujours pas nouvelle sur la date de son lancement. Même le ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, l’ignore. 

Face à ce manque de communication sur le sujet, les suppositions fusent de part et d’autre. Mais ce qui est sûr, c’est que pour le vaccin chinois de Sinopharm choisi par le Maroc, le dossier a été accepté par le régulateur chinois et l’autorisation est attendue à partir du 1er janvier. D’ailleurs, le laboratoire chinois, a annoncé que l’un de ses vaccins affichait un taux d’efficacité de 79%.

Pour le suédo-britannique, AstraZenca, également choisi par le Maroc, il a obtenu la validation de l’agence britannique du médicament (MHRA) ce permettra ainsi à 50 millions d’habitants du Royaume Uni de se faire vacciner. Alors pourquoi le Maroc tarde à annoncer une date précise du lancement de sa campagne de vaccination anti-covid ?

Entre ceux qui lient ce retard de l’arrivée du vaccin chinois aux procédures techniques et administratives, et ceux qui l’attribuent à des raisons logistiques compte tenu du grand nombre de vaccins qui seront importés de Chine, les spécialistes en la question écartent cette possibilité et affirment que le Maroc est prêt sur le plan logistique.

Riad Braida, ingénieur d’État en logistique, a précisé à ce propos que le Maroc aurait rencontré des obstacles dans l’aspect logistique s’il avait décidé d’adopter les vaccins qui nécessitent un stockage à très basse température allant de -70 à -80 degrés. Alors que le vaccin du laboratoire chinois Sinopharm peut être stocké entre 2 et 8 degrés.

L’ingénieur marocain, spécialisé dans la logistique, a ainsi rappelé que le Royaume a accumulé pendant des décennies, une longue expérience dans le domaine du traitement des vaccins réguliers, dont les conditions de stockage ne diffèrent pas de celles requises pour le vaccin chinois choisi par le Maroc.

Notre interlocuteur exclut ainsi que la raison du retard dans l’importation du vaccin chinois soit liée au manque de préparation logistique du Maroc. Il avance toutefois que le retard peut probablement être dû à l’obtention des licences requises conformément aux procédures que le Maroc suit dans tout processus d’importation de vaccins.

D’autre part, l’ingénieur a averti que les autorités sanitaires marocaines devraient prendre en compte la possibilité de perdre des doses du vaccin. Comment ?

« Bien que le vaccin chinois puisse être conservé à une température normale, il peut être gâché en cas de dysfonctionnement des systèmes de refroidissement (rupture de la chaîne de froid), ou en raison du non-respect du protocole d’expédition et de distribution. Cela oblige ainsi le Maroc à s’approvisionner d’un stock suffisant de vaccins pour compenser les doses qui pourraient être perdues« , explique-t-il.

Fuite des cerveaux : 600 ingénieurs quittent le Maroc chaque année