Sport: Covid-19, décès de légendes, Black Lives Matter… 2020 ou l’année de toutes les émotions

29 Déc 2020 à 16:34 Sport
Sport: Covid-19, décès de légendes, Black Lives Matter… 2020 ou l’année de toutes les émotions

Le monde du sport a été totalement chamboulé en 2020 par la pandémie de coronavirus. De nombreuses manifestations ont été annulées, d’autres ont dû s’adapter au confinement. Les huis clos sont apparus, vidant les stades de tout spectateur. Les pratiquants ont dû s’adapter et les clubs ont souffert. Mais cette année a également connu les disparitions de légendes du sport à l’image de Kobe Bryant et Diego Maradona. 

Que retenir de cette année sportive marquée par la pandémie de Covid-19? Beaucoup de larmes avec les morts soudaines du basketteur américain Kobe Bryant et bien sûr du footballeur argentin Diego Maradona.

Génie du basket, travailleur acharné et compétiteur hors norme, Kobe Bryant a perdu la vie le 26 janvier dans un accident d’hélicoptère, avec sa fille Gianna. Sept autres passagers ont trouvé la mort. Aussi élégante que combative, la star des Los Angeles Lakers était insaisissable sur les parquets, au point d’inspirer de nombreuses vedettes actuelles de la NBA et des sportifs de haut niveau de tous horizons.

Diego Maradona ou El Pibe des Oro a été victime d’un arrêt cardiaque à l’âge de 60 ans, à son domicile de Tigre et hospitalisé en urgence. En vain… Quelques jours avant l’Argentin avait subi une opération de la tête pour un hématome sous-dural. Idole de tout un peuple, Diego Armando Maradona est notamment passé par Boca Juniors, Barcelone ou Naples. Il a aussi remporté la Coupe du monde 1986 avec l’équipe d’Argentine (91 sélections, 34 buts), dont il a été sélectionneur entre 2008 et 2010. Depuis septembre 2019, il occupait le poste d’entraîneur de Gimnasia, club de La Plata.

L’année 2020 devait être une fête pour tous les amoureux du sport. Entre l’Euro de football, les Jeux olympiques de Tokyo ou encore la Copa America, un bel été s’annonçait. Puis la pandémie de Covid-19 s’est abattue sur la planète.

Le report des Jeux Olympiques constitue une grande première en temps de paix : jusqu’ici seules les deux guerres mondiales avaient eu raison de l’évènement. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe espère que l’organisation des Jeux en 2021 sera « le témoignage de la défaite du virus » face à l’humanité.

Covid-19 oblige, la compétition reine du football européen a vu sa conclusion être décalée au mois d’août et sur un format inédit : un tournoi sous forme de « Final 8 » à Lisbonne. Le PSG en a profité pour exorciser ses vieux démons des dernières saisons et se hisser jusqu’à la finale pour la première fois de son histoire. Cependant, la marche du Bayern Munich était trop haute et les hommes de Thomas Tuchel ont dû s’incliner 1 à 0 face aux Bavarois.

Le sport marocain a également connu de belles émotions notamment en football avec le premier trophée continentale pour la Renaissance de Berkane en Coupe de la CAF ou encore le titre de champion du Raja Casablanca devant son éternel rival wydadi.

Les Aigles Verts ont dû attendre les ultimes secondes de la 30e journée de Botola pour s’assurer un 12e sacre en championnat, le premier après sept années de disette. C’est à la dernière minute de la rencontre face à l’AS FAR qu’Abdelilah Hafidi, déjà auteur de l’égalisation, a signé le but victorieux des Aigles Verts, synonyme de sacre national. Même s’il s’est imposé en déplacement à Rabat sur la pelouse de l’autre club de la capitale, le FUS, le Wydad a dû abandonner sa couronne à son grand rival local.

Pour sa part, la RSB a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football après une courte victoire face au club égyptien Pyramids (1-0), complexe sportif Prince Moulay Abdellah à Rabat. Une belle revanche pour les hommes de Tarik Sektioui, malheureux finalistes lors de la dernière édition.

En sport de combat, on retiendra notamment le récent combat de Badr Hari en Kickboxing. Pour son grand retour sur le ring depuis sa défaite en décembre 2019 face au Néerlandais Rico Verhoeven, le champion de 36 ans a buté sur Adegbuyi qui a validé sa place pour le titre contre le vainqueur du combat Rico-Jamal Ben Saddik. Après deux rounds où Badr a pris l’avantage notamment en validant un knock-down, le Marocain  a contracté une blessure au nez au troisième round qui l’a empêché de terminer le combat.

L’arbitre a mis fin au combat à une trentaine de secondes de la fin de la partie à un moment où Badr, sonné et saignant abondamment du nez, fut incapable de se relever. Réputé pour être l’un des plus grands combattants de l’histoire du kick-boxing, le champion marocain a disputé plus de 120 combats dans sa longue carrière professionnelle, avec 107 victoires, dont 93 par KO.

De son côté, le combattant de MMA, Ottman Azaitar, a signé une superbe performance pour dominer Khama Worthy par TKO en moins de deux minutes lors de la soirée de l’UFC organisée le 12 septembre dernier à Las Vegas. Une minute et 33 secondes, voilà ce dont aura eu besoin « Buldozer » pour l’emporter face à Khama Worthy par TKO dès le premier round.

Après avoir assené un terrible enchaînement crochet du droit-crochet du gauche à son rival américain, Ottman Azaitar ne lui a pas laissé le temps de se reprendre. Un nouveau déluge de frappes, et juste le temps de le saisir pour l’envoyer au sol pour lui asséner quelques nouveaux coups à la tête et l’arbitre a décidé de mettre fin au supplice.Invaincu en 13 combats chez les pros, Ottman Azaitar a marqué les esprits dans la catégorie des léger avec un dixième succès par KO ou TKO. De quoi presque voler la vedette au principal combat de la soirée UFC.

En 2020, le sport a aussi été politique et social. Aux Etats-Unis, de nombreuses stars ont pris fait et cause pour le mouvement Black Lives Matter comme les basketteurs de la NBA. Genou à terre pendant l’hymne national, « Black Lives Matter » peint en noir sur les parquets, slogans au dos des maillots des joueurs, prises de paroles régulières… Les joueurs de la NBA se sont montrés actifs sur le front de l’antiracisme en 2020, dans le sillage de la mort de George Floyd, tué par un policier en mai dernier. Les joueurs ont mis à profit la reprise post-Covid de la saison pour faire passer leur message, allant jusqu’à boycotter des matchs.

Mais s’il fallait retenir une image de cette année 2020, ce serait celle d’une «résurrection». Tel un Phénix, le pilote de Formule 1 Romain Grosjean est sorti des flammes après le terrible crash de sa monoplace lors du Grand Prix du Bahrein.

Ligue 1: le PSG officialise le départ de son entraîneur Thomas Tuchel