Dopage : Le TAS réduit la suspension de la Russie de 2 ans

18 Déc 2020 à 12:10 Sport
Dopage : Le TAS réduit la suspension de la Russie de 2 ans

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a allégé la suspension de la Russie. L’exclusion de la Russie des Jeux olympiques et des championnats du monde est passée de quatre à deux ans après un recours russe devant le TAS.

Les trois arbitres désignés par le TAS « ont jugé à l’unanimité la Rusada (agence antidopage russe) comme non-conforme avec le Code mondial antidopage » en raison notamment des données falsifiées de son laboratoire de Moscou. Mais ils ont estimé que les « conséquences » de la tricherie russe « n’étaient pas aussi importantes que ce que souhaitait l’AMA ».

L’interdiction, d’abord traitée par l’Agence mondiale antidopage en décembre dernier, s’étend aujourd’hui jusqu’au 16 décembre 2022.

Dans une décision annoncée jeudi, le Tribunal arbitral du sport a conclu à l’unanimité que la Russie ne respectait pas les règles internationales antidopage.

L’Agence mondiale antidopage avait demandé une interdiction de quatre ans plus sévère pour la Russie, bien que le tribunal basé en Suisse ait souligné que la sanction plus légère ne devait pas être interprétée comme une validation des actions de la Russie.

« Il a examiné les questions de proportionnalité et, en particulier, la nécessité d’effectuer un changement culturel et d’encourager la prochaine génération d’athlètes russes à participer à un sport international propre », a déclaré le panel.

Les athlètes russes seront toujours autorisés à participer à des compétitions internationales, a déclaré le panel, tant qu’ils ne sont pas autrement suspendus, « que l’uniforme porté ne contient pas le drapeau de la Fédération de Russie et contient les mots » athlète neutre « , et que l’hymne national russe n’est joué ou chanté dans aucun lieu officiel de l’événement.

Aymen Barkok pisté par de nombreux clubs européens