Vacances de Thanksgiving aux Etats-Unis ou la cata épidémique annoncée

27 Nov 2020 à 08:34 Monde
Vacances de Thanksgiving aux Etats-Unis ou la cata épidémique annoncée

Alors que le pays explose les records de contamination et de morts à la Covid-19, les voyageurs faisaient la file hier mercredi et jeudi dans nombre d’aéroports aux Etats-Unis et pour cause, ce sont des millions d’Américains qui s’apprêtent à voyager pour célébrer Thanksgiving en famille et profiter d’un long week-end. « Une recette pour une catastrophe épidémique », s’inquiétent les spécialistes.

Pourtant les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) avaient recommandé fermement aux Américains de ne pas voyager pour Thanksgiving. Les Américains se sont donc réveillés ce jeudi pour célébrer Thanksgiving, qui en temps normal est une journée où la famille et les amis se rassemblent en grand nombre pour se régaler (diner de dinde) et se souvenir des bénédictions de la vie. Ce coup-ci elle a été bouleversée par la pandémie, avec des cas et des décès en augmentation ces dernières semaines alors que les températures plus fraîches poussent les gens à l’intérieur où le virus se propage plus facilement.

La célèbre parade de Thanksgiving de Macy à New York, un spectacle de ballons géants qui ravit les enfants depuis près d’un siècle, a été considérablement réduite et les spectateurs ne seront pas autorisés à s’aligner les rues comme auparavant.

Moins festif: Les hospitalisations américaines pour COVID-19 ont atteint un record de 88 000 mercredi poussant le système de santé dans de nombreux endroits au point de rupture, et les experts avertissent que Thanksgiving pourrait considérablement augmenter le nombre de morts qui a dépassé 260 000 dans tout le pays.

Malgré les conseils des CDC, près de 5 millions d’Américains ont tout de même voyagé par avion de vendredi à mardi, selon la US Transportation Security Administration, bien que ce soit moins de la moitié du chiffre au cours de la même période l’année dernière cela reste phénoménal au regard de la situation sanitaire aux Etats-Unis.

Le Dr Mark Siedner, clinicien au Massachusetts General Hospital et chercheur en maladies infectieuses à l’École de médecine de Harvard parle de 50 millions d’Américains [un peu plus que tel qu’estimé par l’Association automobile américaine (AAA)] qui ont décidé de quitter leurs bulles actuelles pour rendre visite à leurs parents et leurs grands-parents, « Ce serait une recette pour une catastrophe épidémique. C’est extrêmement inquiétant », s’est-il désolé. L’Association estime qu’il y aura 47,8 millions de voyages en automobile, contre 49,9 millions en 2019.

De nombreux Américains considèrent que le rituel annuel de la dinde, de la purée de pommes de terre et de la tarte à la citrouille est suffisamment important pour risquer une éventuelle infection. Près de 40% prévoient d’assister à un « rassemblement à risque » pendant la période des fêtes, soit au-delà de 10 personnes et avec des personnes extérieures à leur foyer.

Un tiers n’utilisera pas de masques, selon une enquête nationale de l’Ohio State University Wexner Medical Center. Mais tous les Américains ne sont pas dans cette tendance, beaucoup d’autres ont annulé leurs projets de voyage et se connecteront plutôt avec leurs proches via FaceTime ou Zoom.

Mercredi, la gouverneure du Rhode Island, Gina Raimondo, a imploré ses électeurs de rendre les rassemblements de Thanksgiving aussi moindre que possible, arguant que cela sauverait des vies. Avec la flambée des hospitalisations, l’Etat entamera lundi une « pause » de deux semaines, avec la fermeture des bars, des salles de sport et d’autres établissements.

Les Etats-Unis comptaient ce jeudi 262.283 décès pour 12.778.254 cas recensés depuis le début de la pandémie. Le pays le plus endeuillé au monde a observé une moyenne de 175 521 cas par jour depuis la dernière semaine, une augmentation de 43 % par rapport à la moyenne deux semaines plus tôt.

Un jour dans le monde