Larache: Enquête après la vidéo insoutenable d’une mère torturant sa fille à Larache

25 Nov 2020 à 15:24 Société
Larache: Enquête après la vidéo insoutenable d’une mère torturant sa fille à Larache

C’est une vidéo insoutenable qui a été relayée sur les réseaux sociaux, celle d’une mère entrain de torturer sa fille devant toute sa famille. Après avoir eu connaissance de cette séquence, les autorités compétentes ont ouvert une enquête afin de connaître les tenants et aboutissants de cette sordide histoire. 

Cette séquence largement commentée sur les réseaux sociaux, montre une mère qui torture sa fille âgée de dix ans, en prenant en témoin toute sa famille, devant une caméra tenue par le frère de la victime.

D’une violence sans pareille, la scène montre la petite fille se débattre pendant qu’elle est traînée par terre par sa mère, qui finit par lui brûler volontairement le nez avec une cuillère réchauffée, « pour avoir mangé ses crottes de nez ». Aucun membre de la famille n’a jugé nécessaire d’intervenir pour mettre fin à la torture.

Après l’avoir brûlée, la mère n’en a pas encore eu assez et a continué de violenter sa fille, en la giflant de toutes ses forces sur de nombreuses parties de son corps dont le visage, le ventre ou encore le dos.

Parvenant à s’échapper de l’emprise de sa mère en rampant au sol, la petite fille est allée se réfugier dans les escaliers sous l’oeil malsain de la caméra tenue par son frère. Elle reproche d’ailleurs à ce dernier de ne pas l’avoir aidée et finit par lui demander de la laisser tranquille alors qu’un homme, probablement le père, se tient assis dans le salon sans n’avoir jamais bougé le petit doigt pour sauver sa fille des excès de colère se la mère de famille.

Suite à cette séquence, les agents de la Sûreté nationale de Tétouan ont ouvert une enquête afin de connaitre les tenants et aboutissants de cette sombre affaire.

Après avoir mené leur enquête, les agents de la Sûreté nationale de Tétouan ont découvert que la mère en question avait déjà été arrêtée par la police de Larache et que les faits en question remontaient à plus de 6 mois.

Exercice du droit de grève bloqué au Législatif, les syndicats appellent au retrait et au dialogue