Pétition de Mosaic: OCP assure qu'il défendra ses intérêts "jusqu'au bout"

Pétition de Mosaic: OCP assure qu'il défendra ses intérêts "jusqu'au bout"
mercredi 25 novembre 2020 - 18:14

La décision est tombée mardi, le groupe OCP a été taxé à 23,46% en droits compensateurs préliminaires pour ses exportations vers les Etats-Unis. La décision n’est pas définitive, mais le groupe compte se défendre face aux accusations d’un concurrent américain.

Le 26 juin, Mosaic, le principal producteur d’engrais phosphatés aux Etats-Unis, allègue que le groupe marocain bénéficie de subventions étatiques dans le cadre de la vente de ses engrais phosphatés aux Etats-Unis.

Depuis cette date, le groupe marocain a arrêté ses exportations vers les Etats-Unis jusqu’à ce qu’une décision soit rendue. La décision annoncée mardi soir qui porte sur une taxation préliminaire et provisoire de 23,46% des produits de l’OCP doit prendre effet à partir du 1er décembre et n’est pas rétroactive.

La décision du département du Commerce américain n’est pas définitive. Une seconde décision est attendue pour la mi-février 2021 pour savoir s’il y aura ou non des droits compensateurs et un taux définitif, ainsi qu’une dernière décision à prendre par la Commission américain du commerce international pour mars.

Et dans le cas où les instances américaines concluent que les accusations de Mosaic sont « complètement infondées » comme ce qu’affirme OCP, les droits compensateurs qui sont supportés par les importateurs seront remboursés.

Dans une déclaration à Hespress FR, le groupe OCP a annoncé qu’il est en train d’examiner cette décision préliminaire. OCP « considère et continue de soutenir qu’il n’existe aucun fondement à l’application de droits compensateurs », a fait savoir la juriste Kenza Margaoui, Directrice exécutive juridique du groupe.

« Nous sommes convaincus de la solidité de nos arguments  » lors de la phase 2 qui s’initie et continuons de soutenir que les institutions américaines, le DoC et l’ITC « seront en mesure d’établir l’absence de fondement à ces droits compensateur« , a-t-elle ajouté.

Après la décision de février du DoC, le département du Commerce américain, l’ITC, la Commission américaine du commerce international, se prononcera fin mars. Elle a « vocation à déterminer si l’importation d’engrais phosphatés aux Etats-Unis depuis le Maroc cause un préjudice à Mosaic et à l’industrie locale. Lors de cette décision, il y aura la possibilité d’annuler complètement l’imposition de ces droits compensateurs« , explique la Directrice exécutive juridique d’OCP. .

Qu’est-ce qui a conduit à cette situation?

Pour comprendre ce qui a pu provoquer cette situation, il faut revenir au contexte général du marché. En 2019, le marché mondial accusait une baisse dans les prix des engrais phosphatés.

Pour faire face à cette situation, Mosaic et OCP ont adopté deux approches différentes. L’entreprise américaine a baissé sa production et a fermé plusieurs mines tandis que l’entreprise marocaine a augmenté sa production et augmenté le volume de ses dépenses en investissement.

La première stratégie s’est montrée infructueuse et les performances n’ont pas pu être améliorées, et la seconde a donné lieu à des résultats opérationnels « solides et des marges en nette progression » pour l’exercice 2020 à fin septembre, selon les chiffres avancés par le groupe. En septembre 2020, le chiffre d’affaires d’OCP atteignait les 41,7 milliards de dirhams contre 42,5 milliards de dirhams à la même période l’année précédente.

Une concurrence « déloyale » de la part de Mosaic

Alors que le marché mondial des produits phosphatés et d’ailleurs même aux Etats-Unis est un marché ouvert où la concurrence est traditionnellement saine, les accusations de l’entreprise américaine font figure d’exception.

« Que ce soit sur le marché américain ou les autres marchés sur lesquels nous opérons, OCP croit profondément en un marché concurrentiel équitable et ouvert. Nous avons toujours opéré dans le respect complet et total des règles, des lois applicables et du commerce international« , a assuré la directrice juridique du groupe.

« On peut effectivement s’interroger sur les motivations qui ont poussé Mosaic à déposer cette requête infondée et malavisée », a-t-elle dit en réponse à une question de Hespress FR sur les circonstances ayant amené l’américain Mosaic à accuser le groupe marocain OCP.

Contexte économique américain

« Je pense que l’industrie américaine de production des engrais a connu une très forte consolidation, c’est un processus qui a démarré il y a longtemps, et qui s’est poursuivi », a jugé de son côté Jamal Eddine Bensari – Executive vice-president commercial, expliquant le contexte américain, et ajoutant qu’il y avait une multitude de producteurs et d’acteurs américains sur le marché.

Face à la situation du marché mondial « ils essaient d’optimiser les coûts et les réserves, et les opérations menées par Mosaic entrent parfaitement dans ce cadre là« , a-t-il noté, faisant référence aux décisions prises par l’américain pour maintenir ses performances.

« Nous sommes aussi un acteur présent aux Etats-Unis depuis très longtemps, nous avons évidemment suivi ce mouvement de consolidation. Le marché a retrouvé d’autres équilibres parce que c’est un marché qui est ouvert aussi bien à l’importation qu’à l’exportation, c’est à dire que les producteurs américains exportent eux aussi, donc de façon naturelle, le marché retrouve son équilibre », indique Jamal Eddine Bensari.

Et d’expliquer que la chute des prix en 2019, « a touché tous les nutriments, pas uniquement le phosphate, parce qu’il y a deux autres nutriments essentiels pour l’agriculture qui ont connu aussi des baisses, ça c’est strictement l’offre et la demande. Les Etats-Unis ont connu des saisons particulièrement mauvaises en agriculture en 2019 et même ailleurs dans le monde et cela a donné lieu à une baisse des prix« . La stratégie des producteurs aux Etats-Unis était une réaction à l’offre et à la demande.

Néanmoins les accusations de l’américain Mosaic poussent à se poser des questions sur sa démarche qui se rapproche d’une volonté de position dominante. En faisant augmenter les taxes d’importations des concurrents, ces derniers ne pourront plus être compétitifs sur le marché américain, laissant uniquement Mosaic comme seul opérateur.

Pourtant, Mosaic dominait déjà le marché américain même avant la pétition lancée contre OCP, c’est le plus grand producteur américain, affirme Jamal Eddine Bensar, qui a rappelé que si les autorités américaines donnaient raison à la société américaine, Mosaic se retrouverait dans une position quasi monopolistique. « Cela va accroître encore plus leur position » dominante.

L’OCP compte se défendre jusqu’au bout

« Nous, notre but c’est de servir le fermier américain, ce qu’on espère c’est que cela se fasse dans des conditions de fair-competition, c’est à dire dans une concurrence loyale en fonction des équilibres des marchés », a indiqué le vice-président commercial.

« Cette pétition ne servira pas l’agriculture américaine de manière générale« , a-t-il jugé, notant qu’il s’agit de risques pouvant porter préjudice aux fermiers américains.

« Nous essayons de sensibiliser les autorités américaines sur cela. D’ailleurs, il y a même des voix à l’intérieur des Etats-Unis qui sont contre la pétition de Mosaic », et qui font agiter la menace de l’affaiblissement du secteur de l’agriculture américain qui est supporté par le gouvernement fédéral, « alors que c’est aussi une industrie très forte à l’export ce qui risque de la rendre moins compétitive à l’échelle mondiale ».

L’OCP compte bien défendre ses intérêts commerciaux, car la part des exportations du groupe aux Etats-Unis représente entre 10% et 15% de son chiffre d’affaires et peut aller jusqu’à 20% certaines années.

« Notre défense passe aussi par une coopération pleine et entière avec les autorités américaines pour faire valoir nos arguments, et cela en pleine coopération avec le Gouvernement du Maroc qui est également visé par la requête. Et cette démarche va se poursuivre jusqu’à la décision définitive qui est prévue fin mars« , a indiqué Kenza Margaoui.

« Nous sommes convaincus et confiants que la poursuite de cette coopération et la défense de nos positions pendant cette phase 2 permettra d’établir une absence de fondement complète à l’imposition de ces droits compensateurs préliminaires et provisoires », a-t-elle conclu.

Agriculture Commerce DOC Engrais États Unis ITC Maroc Mosaic OCP Phosphate
Monde
Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza
samedi 15 mai 2021 - 10:00

Palestine : 10 personnes de la même famille tués dans une frappe israélienne à Gaza

Monde
Covid-19: La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow
samedi 15 mai 2021 - 03:14

Covid-19: La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow

Monde
La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE
samedi 15 mai 2021 - 00:49

La situation des droits de l'Homme en Algérie suivie de près par l'ONU et l'UE

Monde
Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali
vendredi 14 mai 2021 - 23:54

Espagne: Un politologue porte plainte contre Brahim Ghali

Monde
Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax
vendredi 14 mai 2021 - 22:30

Covid-19: L'OMS présage le pire, appelle à offrir les doses des enfants au Covax