Benchaaboun: Le ratio de la dette du trésor/PIB devrait atteindre 76% à fin 2020

22 Nov 2020 à 11:06 Economie
Benchaaboun: Le ratio de la dette du trésor/PIB devrait atteindre 76% à fin 2020

Le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a indiqué qu’en raison de la situation consécutive à la pandémie du coronavirus, le ratio de la dette du trésor par rapport au PIB devrait atteindre 76% à fin 2020, après avoir diminué à 64,9% en 2019.

Intervenant Benchaâboun lors de la discussion générale du PLF-2021 devant la Commission des finances, de la planification et du développement économique relevant de la Chambre des Conseillers,le ministre a expliqué que « compte tenu du double impact de la baisse de la croissance et de la hausse du déficit budgétaire, le ratio de la dette du trésor/PIB devrait atteindre 76% à fin 2020, après avoir marqué en 2019 sa première baisse depuis dix ans où il s’est établi à 64,9%« .

Selon Benchaaboun, cette hausse, conséquence inévitable de la crise sanitaire et économique inédite, à l’instar de la majorité des pays dans le monde, n’affectera pas d’une manière significative la viabilité de la dette compte tenu des marges disponibles et la structure saine de la dette.

Les indicateurs de coût et de risque y afférents restent à des niveaux sûrs et maitrisés, a-t-il fait valoir, avant de souligner que la part de la dette extérieure ne dépasse pas 20% de la dette totale du trésor, alors que la majorité de cette dette est contractée à des conditions favorables.

La durée moyenne de remboursement restante est d’environ 7 ans à la fin du premier semestre 2020, en amélioration par rapport à fin 2019, a-t-il encore dit, relevant en outre, que la part de la dette à court terme ne dépasse pas 13,2%, ce qui réduit le risque de refinancement.

Le ministre a, par ailleurs, noté que le coût moyen de la dette du trésor devrait s’améliorer cette année grâce à la baisse significative des taux de bons du trésor et au maintien à des niveaux bas des taux d’intérêt sur les marchés internationaux dont dépend le coût des dettes extérieures contractées auprès des bailleurs de fonds ou du marché financier international.

Il a, de même, fait observer que compte tenu du plan de relance économique pour stimuler l’activité économique et l’accélération des réformes administratives pour maitriser le déficit budgétaire, l’évolution du poids de la dette du trésor devrait être maitrisée progressivement pour réduire le ratio de l’endettement et préserver la solvabilité du Maroc.

Bourse de Casablanca: Une semaine dans le vert