Coronavirus: Un nouveau traitement à base d’anticorps autorisé aux Etats-Unis

22 Nov 2020 à 10:44 Monde
Coronavirus: Un nouveau traitement à base d’anticorps autorisé aux Etats-Unis

L’Agence américaine des médicaments (FDA) a accordé en urgence son autorisation aux anticorps de synthèse de la société de biotechnologie Regeneron, ultime moyen de lutter efficacement contre la propagation de l’épidémie dans le pays le plus touché au monde.

Avec déjà 12 millions de personnes contaminées et 255.800 décès aux Etats-Unis, la FDA a autorisé en urgence ce nouveau traitement de Regeneron déjà essayé sur le président Donald Trump.

Le traitement en question a connu une hausse de popularité après que le président lui-même en fasse l’éloge après qu’il se soit rétabli du coronavirus.

« Autoriser ces thérapies aux anticorps monoclonaux pourrait permettre à des patients d’éviter l’hospitalisation et d’alléger la charge qui pèse sur notre système de santé », a expliqué un responsable de la FDA, Stephen Hahn.

Le traitement repose sur une conjonction de deux anticorps de synthèse, et réduit les hospitalisations liées au coronavirus ou les consultations aux urgences chez les patients présentant des maladies secondaires ou « comorbidités », indique la FDA.

Grâce à ces anticorps qui imitent le travail des anticorps naturels présents dans le corps humain, le virus est attaqué et recouvert, ainsi, il ne peut plus nuire. Il s’agit du deuxième traitement à base d’anticorps ayant été autorisé en urgence par le FDA, le premier nommé Eli Lilly, avait reçu l’autorisation le 9 novembre

Ce traitement est considéré comme plus efficace dans les premiers jours suivant l’infection du coronavirus lorsque le corps produit une réponse immunitaire et non pas dans la deuxième phase lorsque le corps produits une surréaction du système immunitaire en s’attaquant aux poumons.

Pour le président de Regeneron, Leonard Schleifer, l’autorisation par le FDA  de ce traitement contre le covid-19 est « une étape importante dans la lutte contre le Covid-19, car les patients à haut risque aux Etats-Unis auront accès à une thérapie prometteuse au début de leur infection ».

Post-Brexit: Ottawa et Londres concluent un accord commercial provisoire