Covid-19 : La ville d’Ouazzane mise sous cloche

21 Nov 2020 à 15:03 Société
Covid-19 : La ville d’Ouazzane mise sous cloche

La petite province d’Ouazzane connait depuis des semaines une hausse conséquente des cas confirmés Covid-19, des cas sévères mais aussi des décès. Dans une démarche visant à limiter la propagation du virus fantôme, les autorités locales sont passées à l’action en prenant plusieurs mesures restrictives.

Ainsi, les autorités de la province ont décidé d’instaurer le couvre-feu dans la ville, en limitant la circulation des citoyens de 21 heures à 5 heures du matin, avec la fermeture des jardins, des parcs publics et des terrains de jeu de proximité.

La région d’Ouezzane connaît une augmentation significative du nombre de nouvelles infections au coronavirus, avec une augmentation des cas graves placés dans les soins intensifs, atteignant 19 cas critiques, ce qui dépasse la capacité du centre hospitalier provinciale, Abu Lkasim Zahrawi.

Les nouvelles mesures coïncident avec l’enregistrement d’un nombre record d’infections au coronavirus dans la ville d’Ouazzane par rapport aux derniers mois, incitant les autorités locales à prendre un certain nombre de mesures visant à limiter la circulation dans les rues, en réduisant les heures de travail des marchés de proximité et les grandes surfaces, appelés à fermer à 17h.

Les décisions comprennent également le renforcement de la surveillance aux entrées et sorties de la ville, l’interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes, la fermeture des Hammams traditionnels et modernes, des salons de coiffure et des gymnases, tout en imposant la disposition des citoyens du document exceptionnel de déplacement vers et depuis Ouazzane.

Parallèlement aux mesures précitées, le Comité régional de suivi a décidé d’intensifier les campagnes de sensibilisation liées à l’application des mesures préventives pour limiter la propagation du Covid 19, tout en renforçant le suivi de l’avancement de l’application des décisions en vigueur, appelant tous les citoyens à les respecter sous peine des amendes et sanctions prévues par la loi.

Une opération de trafic de 19.200 comprimés psychotropes avortée à Tanger Med