En raison de la pandémie, le Mazagan réduit son personnel de 20%

21 Nov 2020 à 21:06 Société
En raison de la pandémie, le Mazagan réduit son personnel de 20%

La station balnéaire  «Mazagan», considérée comme la plus grande unité touristique de la région de Casablanca-Settat, a réduit le nombre de ses ressources humaines de 20%, en raison des répercussions négatives de la pandémie du Covid-19 sur le secteur du tourisme au Maroc.

La responsable du département de communication au Mazagan Beach, Khadija El Idrissi, a déclaré que l’administration chargée de superviser le fonctionnement de cette unité avait dû licencier plus de 220 employés de l’établissement hôtelier et touristique, en raison de la baisse significative du nombre de touristes et de clients.

La porte-parole a expliqué dans une déclaration à Hespress, que le Mazagan Beach and Golf Resort, fonctionne avec une capacité d’exploitation minimale, soulignant que l’établissement a eu recours à un mode de travail descendant pour les employés qu’il a conservés, dans l’absence d’une visibilité par rapport à la situation et la reprise de l’activité touristique, qui a été fortement affectée en raison de la crise sanitaire.

De plus, la responsable du service de communication a déclaré que « la station touristique, située dans la région d’Azemmour, fournit ses services dans certaines de ses espaces et ne reçoit que des équipes sportives souhaitant organiser des rassemblements de formation » ce qui a justement poussé l’administration du Mazagan à garder un certain nombre d’employés en attendant une amélioration de la situation du secteur touristique.

Par ailleurs, les responsables supervisant le fonctionnement de la station balnéaire, ont réduit les salaires des employés qui travaillent par rotation, d’un taux qui représente la moitié de la durée des heures de travail légales, tandis qu’un groupe d’employés sont en télétravail, affirme Khadija El Idrissi, dans le respect des mesures de précaution pour faire face au virus fantôme.

Coronavirus/Maroc: Casablanca, Salé, Kénitra en tête des villes les plus infectées