Le retard de versement des bourses perturbe les étudiants, le ministère fixe la date au 15 décembre

21 Nov 2020 à 22:32 Société
Le retard de versement des bourses perturbe les étudiants, le ministère fixe la date au 15 décembre

La rentrée universitaire 2020/2021 ne s’est pas déroulée comme à l’accoutumée, et la pandémie du Covid-19 en est la principale cause. Les étudiants, habitués à un processus de rentrée scolaire « ordinaire » se sont retrouvés face à plusieurs problématiques, notamment le retard de versement de leur bourse.

En effet, les étudiants continuent de se plaindre du retard du ministère de l’Éducation nationale dans le versement de la première partie de la bourse. Confrontés au démarrage de la saison universitaire et l’approche des examens, ils se retrouvent dans une situation où l’attente se fait longue, car cette somme d’argent, aussi modique soit-elle, permet de couvrir une petite partie de leurs dépenses.

Alors que les étudiants avaient l’habitude d’obtenir la première partie de la bourse à la mi-septembre, comme le confirment des documents du ministère, au jour d’aujourd’hui ils n’ont encore rien reçu, ce qui aggrave leur crise en raison notamment de la fermeture des cités universitaires et des cantines qui les exemptaient de nombreuses dépenses.

Deux mois après son démarrage, la rentrée scolaire et universitaire est encore entachée par de nombreux problèmes, à leur tête le débat sur l’éducation en présentiel et à distance, et les fonds financiers nécessaires pour faciliter cette opération en pleine crise sanitaire, puis la fermeture continue des espaces résidentiels, et aujourd’hui le retard de la bourse.

Il convient de rappeler que le ministère de l’enseignement supérieur accorde une subvention financière tous les trois mois aux étudiants d’une valeur de 1.900 dirhams. Même symbolique, cette bourse contribue de manière significative à gérer certaines charges des étudiants, à commencer par le loyer et les frais de téléphone, le transport quotidien vers l’université, en plus de l’achat des masques de protection contre le virus fantôme ou encore le gel hydroalcoolique.

Le directeur du Bureau national du travail social et culturel de l’enseignement supérieur (chargé du décaissement des subventions), Nouredine Thami, a fait savoir que le retard était dû à une raison simple qui est, « le lien avec le programme universitaire » notant ainsi « qu’habituellement, la bourse est versée au cours du mois d’octobre, mais cette année, la rentrée a été retardé ce qui retardé également le versement de la bourse ».

Dans une déclaration à Hespress, Thami a fixé la date du versement de la première partie de la bourse aux étudiants au 15 décembre prochain, soulignant « qu’aucun des établissements universitaires n’a déposé les notes des étudiants et les données, afin de déterminer les étudiants boursiers et ceux dont la bourse a expiré ».

D’autre part, un certain nombre d’étudiants qui poursuivent leurs études universitaires, ou en cours de formation professionnelle, continuent de se plaindre d’être confrontés à des difficultés et des problèmes dans leur cheminement académique, du fait de leur incapacité à déposer leurs dossiers pour bénéficier de la bourse accordée par le ministère de l’éducation nationale.

La raison pour laquelle ces étudiants n’arrivent pas à déposer leur dossier de demande de bourse, s’explique par les difficultés engendrées par la pandémie du coronavirus, dont la plus importante est la mobilité, qui les a empêchés d’obtenir les documents administratifs nécessaires à la constitution de leurs dossiers pour les déposer dans le délai fixé par le département de Said Amzazi.

En raison de la pandémie, le Mazagan réduit son personnel de 20%