Profil de Kujtim Fejzulai le tueur de Vienne

03 Nov 2020 à 22:46 Monde
Profil de Kujtim Fejzulai le tueur de Vienne

Le tireur de Vienne, qui avait ouvert le feu, lundi en soirée, sur des bars bondés a tué un homme et une femme âgés ainsi qu’un jeune passant et une serveuse en plus d’avoir blessé 22 personnes (trois dans un état critique), dont un policier, avait été libéré de prison en décembre dernier, il y a de cela moins d’un an. Le terroriste qui a été tué par la police n’est pas un inconnu des services de police et notamment de la Brigade anti-terroriste.

Le ministre de l’Intérieur autrichien Karl Nehammer lors d’une conférence de presse a déclaré que les images de l’incident filmées sur de nombreux téléphones portables ne montraient aucune preuve de la présence d’un deuxième tireur, bien que cette possibilité n’ait pas été complètement exclue. Un porte-parole de la police a déclaré qu’au moins 1 000 agents avaient été impliqués dans la recherche de complices et que l’armée gardait les sites sensibles afin de libérer la police pour l’opération de chasse à l’homme.

L’assaillant, un fils d’immigrants de Macédoine du Nord né en Autriche à Moedling, au sud de Vienne a été identifié comme étant Kujtim Fejzulai, un double citoyen autrichien et de Macédoine du Nord. Les autorités autrichiennes avaient tenté de le déposséder de sa nationalité autrichienne. En vain, « faute de preuves sur la nature de ses activités », selon le ministre. Il avait été condamné à 22 mois de prison en avril de l’année dernière pour avoir tenté de se rendre en Syrie afin de rejoindre l’État islamique. Il a été libéré en décembre après un programme de dé-radicalisation. Nehammer a déclaré à propos de Fejzulai « malgré tous les signes extérieurs de son intégration dans la société, l’assaillant a apparemment fait exactement le contraire ».

Au moment des faits, il avait sur lui son passeport macédonien portait une ceinture explosive factice et était en possession de deux armes. Le chef de la police de Vienne a déclaré qu’il avait été tué neuf minutes après avoir commencé son saccage. Fejzulai avait publié une photo sur un compte de réseau social avant l’attaque, se montrant avec des armes (fusil automatique, arme de poing et machette), a déclaré Nehammer. Dans son logement, fouillé par la police, des munitions ont été découvertes tout comme des livres, dont les contenus le reliait à l’EI. Parallèlement, 18 autres lieux ont été perquisitionnés. En effet la police autrichienne a effectué une descente dans 18 propriétés et a procédé à l’arrestation de 14 personnes dont certaines au sein de la famille de l’assaillant. Deux jeunes citoyens helvètes (18 et 24 ans) ont été également appréhendés en Suisse à Zurich.

Les Etats-Unis malgré l’élection présidentielle avaient les yeux en Autriche. Le président américain Donald Trump a tweeté: «Ces attaques perverses contre des innocents doivent cesser », tandis que le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a condamné ce qu’il a appelé une «attaque terroriste horrible», ajoutant: «Nous devons tous être unis contre la haine et la violence».

Autriche : Daesh revendique l'attentat de Vienne