Présidentielle américaine: Trump et Biden s’écharpent avant le dernier duel

23 Oct 2020 à 12:54 Monde
Présidentielle américaine: Trump et Biden s’écharpent avant le dernier duel

Les échanges électriques entre les deux candidats à la présidentielle américaine ont atteint leur point culminant cette semaine à quelques jours de la date fatidique. Jeudi, le président Donald Trump et son rival Joe Biden ont musclé les attaques lors d’un débat.

Jeudi soir, les américains ont pu voir un nouvel échange entre les deux candidats à la présidentielle américaine. Donald Trump s’est concentré cette semaine à lancer des accusations à l’encontre de Joe Biden et de son fils Hunter, laissant croire que le cadet du démocrate aurait fait des affaires en Ukraine et en Chine lorsque son père était vice-président sous Barack Obama.

Donald Trump a tout fait pour faire planer le doute sur l’intégrité du septuagénaire en l’accusant de corruption. Jeudi soir, il l’a attaqué directement avant l’ultime débat télévisé.

L’équipe de campagne de Donald Trump a déclaré que si les journalistes ne le faisaient pas le président républicain allait lui même demander à l’ancien vice-président Joe Biden pourquoi il avait « autorisé son fils Hunter à monnayer un accès » vers son père ?

La semaine dernière le New York Post, le journal pro-républicains, a publié des emails censés prouver que Joe Biden était mêlé aux entreprises de Hunter Biden en Ukraine lorsque qu’il était le numéro 2 des Etats-Unis entre 2009 et 2017.

« Ces horribles emails… vous devez une explication aux Américains », a lancé le président américain sur la scène de Nashville. « Quelqu’un vient de faire une conférence de presse, il était supposé travailler avec vous et votre famille, ce qu’il raconte est accablant », a-t-il ajouté.

Il faisait référence à Tony Bobulinski, qui se présente comme un ancien associé d’Hunter Biden, un homme qui vient de surgir de nulle part mais qui affirme devant la presse que Joe Biden avait été associé à des projets de son fils en Chine.

Joe Biden a démenti ces accusations. « Mon fils n’a pas gagné d’argent avec ce truc… en Chine », a-t-il déclaré en ajoutant que « le seul type qui ait gagné de l’argent en Chine c’est ce gars ! ».

« Jamais de ma vie je n’ai pris un centime d’une source étrangère », s’est défendu Joe Biden qui ne s’est pas laissé démonté face aux accusations du locataire de la Maison Blanche qui cherche à briguer un second mandat.

Le candidat démocrate qui a jusqu’ici encaissé des attaques sur sa famille, s’est attaqué à Donald Trump sur sa gestion de la crise sanitaire, au moment où les deux candidats entament la dernière ligne droite avant l’élection du 3 novembre.

« Quelqu’un qui est responsable d’autant de morts ne devrait pas pouvoir rester président des Etats-Unis d’Amérique » a déclaré Joe Biden en affirmant que les Etats-Unis, le pays le plus endeuillé dans le monde, vont vivre « un hiver sombre ». Le pays déplore plus de 222.000 décès dus au coronavirus.

Sur le dossier nord-coréen, « qu’est-ce qu’il a fait? Il a légitimé la Corée du Nord », s’est exclamé le candidat démocrate, et de poursuivre, « il en a parlé comme de son bon ami, qui est un voyou ».

« C’est comme dire que nous avions une bonne relation avec Hitler avant qu’il n’envahisse l’Europe », a-t-il encore estimé alors que Donald Trump a organisé trois sommets avec Kim Jong Un.

Syrie: L'armée américaine annonce une frappe contre Al Qaida