Revue de presse quotidienne de ce vendredi 23 octobre 2020

23 Oct 2020 à 09:24 Presse
Revue de presse quotidienne de ce vendredi 23 octobre 2020

Ci-après les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi 23 octobre 2020

L’Economiste

• Quid du Conseil national de la statistique ? Si l’idée d’un Conseil national de la statistique est bien accueillie, il n’en reste pas moins que le nouveau cadre législatif et organisationnel qui donnerait naissance à un véritable système national de l’information statistique tarde à se mettre en place. Ce conseil devrait définir les orientations générales du régime statistique et les mesures de son développement. Il devrait aussi garantir le respect des principes de base régissant la recherche statistique. Son rôle est de veiller à ce que les publications statistiques obéissent aux normes internationales. Parmi ses prérogatives figurent aussi la facilitation et la coordination des échanges des données entre les différents intervenants dans le régime statistique national.

• Covid-19 : les tests remboursables sur prescription médicale . La Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR) est claire au sujet des tests Covid-19. «Seuls les frais liés aux tests préventifs hors prescription médicale ne sont pas pris en charge», selon un communiqué de la fédération des assureurs. Autrement dit, les tests remboursables sont ceux diligentés sur la base d’une ordonnance. Les assurés qui pensent être contaminés par le coronavirus peuvent se faire dépister. Les frais engagés seront remboursés que le résultat du diagnostic soit positif ou négatif.

L’Opinion

• Chèques : 774 442 opérations rejetées en 2019 . Le nombre total de rejets de chèques, tous motifs confondus, s’est élevé en 2019 à 774 442 opérations, correspondant à un taux de rejet global de 2,72 %. Selon Bank Al Maghrib, 56 % de ces rejets sont liés à l’insuffisance de provision lors de la présentation au règlement. Et ce, au moment où la proportion des LCN (lettre de change normalisée) rejetées s’est établie à des niveaux jugés préoccupants, soit 16,5% en 2019 contre 15,4% en 2018. Près de 90% de ces rejets correspondent à des rejets pour absence ou insuffisance de provision.

• Rehamna : 3,2 millions de DH pour la construction d’un Complexe de l’artisanat à Sidi Bouatmane . Les travaux de construction d’un nouveau Complexe dédié à l’Artisanat, d’un coût global de 3,2 millions de DH, ont été lancés dans la ville de Sidi Bouatmane relevant de la province de Rehamna. Ce complexe qui sera réalisé sur une superficie de 3.000 m2, comprend notamment, six ateliers de production, six espaces d’exposition, des dépendances administratives ainsi qu’un entrepôt. Ce projet est le fruit d’un partenariat entre la préfecture de la province de Rehamna, le conseil provincial, le Conseil de la région Marrakech-Safi, la Chambre d’artisanat de la région Marrakech-Safi et la commune de Sidi Bouatmane.

Le Matin

• La République centrafricaine réitère son appui à la marocanité du Sahara . La ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine (RCA), Mme Sylvie Baïpo-Temon, a réitéré, jeudi à Rabat, le soutien de son pays à la marocanité du Sahara. S’exprimant lors d’un point de presse à l’issue d’un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita, la cheffe de la diplomatie centrafricaine a souligné que le Royaume du Maroc a « tout notre appui » en ce qui concerne le différend régional autour du Sahara marocain. Actuellement en visite de travail dans le Royaume, la ministre des Affaires étrangères et des Centrafricains de l’étranger a également fait part de la gratitude du gouvernement et peuple centrafricains quant à l’intérêt constant que le Maroc porte à la situation en République centrafricaine, indiquant qu’au plan de la coopération bilatérale, « le Royaume est compté parmi les partenaires privilégiés de la RCA ».

• 2.000 recrutements cette année pour Webhelp malgré la crise . Webhelp a su tirer son épingle du jeu en cette période de crise sanitaire. Grâce à son credo «Think Human», 94% de ses collaborateurs «se sont sentis soutenus par l’entreprise pendant cette phase complexe». Ils sont également 98% à recommander l’entreprise en tant qu’employeur. C’est en tout cas ce que fait ressortir l’enquête réalisée par le spécialiste de la relation client et intitulée «Covid 19-votre feedback compte». «La confiance est une course qui n’a pas de ligne d’arrivée. Elle ne se donne pas, elle se mérite. C’est pourquoi il est vital que le lien salarié/employeur se renforce autour de sujets de fond. Aussi, nous restons fidèles à notre esprit de “game changers” et gardons l’esprit ouvert pour trouver de nouvelles façons de travailler qui brisent les codes, respectent les individus et nous aident à réussir», déclare Redouane Mabchour, Directeur général de Webhelp Maroc.

Libération

• La Chambre des représentants et la Commission interparlementaire du Pacifique engagées en faveur d’un partenariat durable . La Chambre des représentants et la Commission interparlementaire de suivi de l’Alliance du Pacifique (CISAP) se sont engagées récemment en faveur de l’élaboration d’un accord de coopération à même de promouvoir une relation durable et un échange intense d’expériences. Cette annonce a été faite à l’issue d’entretiens du président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, avec les membres de la commission auprès de laquelle l’institution législative jouit du statut de membre observateur, indique un communiqué de la Chambre. Au cours de cette entrevue tenue lundi par visioconférence, la délégation de la commission présidée par M. Miguel Angel Callisto a apporté son appui à l’initiative d’autonomie dans les provinces du Sud dans le cadre du respect de la souveraineté marocaine, laquelle initiative présentée en 2007 a recueilli le soutien et a été saluée par le Conseil de sécurité et plusieurs pays du monde.

• Le projet de loi 74.19 vise à adapter les missions de l’Académie du Royaume aux mutations sociétales . Le projet de loi n°74.19 portant réorganisation de l’Académie du Royaume du Maroc vise à adapter ses fonctions aux nouvelles évolutions et mutations sociétales, a indiqué mercredi à Rabat le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, Othman El Ferdaous. Présentant le projet de loi devant la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants, M. El Ferdaous a relevé que l’Académie fait partie des institutions qui occupent une place privilégiée sur la scène culturelle depuis sa création il y a plus de 40 ans. C’est une période riche en événements et transformations de portée intellectuelle, politique, économique, sociale, environnementale et institutionnelle à l’échelle nationale, continentale et environnementale. Cette institution a été et restera ouverte à toutes les contributions et apports scientifiques à la dynamique de renouvellement et de développement de sa performance et de son rôle au service du rayonnement culturel du Royaume, en toute harmonie avec les dispositions de la Constitution marocaine de 2011, a-t-il souligné.

Al Bayane

• Boukouss: “L’IRCAM a réussi un bilan « honorable » depuis le discours royal d’Ajdir” . L’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) a réalisé un bilan « honorable » et la condition de la langue amazighe s’est nettement améliorée après le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI le 17 octobre 2001 à Ajdir, a affirmé le recteur de l’Institut, Ahmed Boukouss. Dans un entretien accordé au portail Amazigh de la MAP, M. Boukouss a expliqué que la langue amazighe a fait son entrée, quoique timidement, dans le domaine de l’éducation, et a réussi à s’imposer dans les politiques publiques et le champs médiatique, à travers notamment la chaîne Tamazight et le portail Amazigh de la MAP, se réjouissant de l’élan considérable qu’a connu la recherche académique dans l’histoire, la linguistique, les sciences sociales et l’anthropologie. La langue amazighe a bénéficié des nouvelles technologiques dans le domaines des médias et de la communication, alors que le domaine de la traduction a enregistré un développement significatif, a indiqué M. Boukouss.

• La Guinée-Bissau réitère son soutien à la marocanité du Sahara . Le gouvernement de la République de Guinée-Bissau réitère son soutien à la marocanité du Sahara et à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc, a indiqué, mercredi à Rabat, la ministre des Affaires étrangères et des Communautés de la Guinée-Bissau, Mme Suzi Carla Barbosa, en visite de travail au Maroc. S’exprimant lors d’un point de presse à l’issue d’un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita, la ministre bissau-guinéenne a fait part également de l’appui de son pays aux efforts des Nations-unies pour parvenir à une solution durable au différend sur le Sahara marocain. « Le Maroc peut compter sur le soutien du gouvernement bissau-guinéen au sein des instances internationales et africaines, dont la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a affirmé Mme Carla Barbosa, qui s’est félicitée de l’excellence des relations d’amitié et de coopération unissant les deux pays, des relations « qui sont à chaque fois plus fortes et plus solides ».

Akhbar Al Yaoum

• PLF 2021: 230 MMDH pour l’investissement public. Le programme d’investissement public se concentre dans les régions de Rabat et Casablanca, selon la dernière note sur la répartition régionale de l’investissement accompagnant le PLF 2021. L’effort d’investissement global du secteur public au titre de l’exercice 2021 s’élève à 230 milliards de dirhams (MMDH), selon la note de présentation du projet de loi de finances (PLF-2021). Le Budget général, les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services d’Etat gérés de manière autonome (SEGMA) en neutralisant les transferts du budget General vers les établissements et entreprises publics, les CST et les SEGMA s’accaparent une part de 37% de cette enveloppe, soit près 85,1 MMDH, suivis des établissements et entreprises publics avec une part de 36% ( 81,9 MMDH), précise cette note du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration. Au détail, les programmes d’investissement financés dans le cadre des CST et non couverts par des transferts du Budget général s’élèvent à 21,34 MMDH et portent principalement sur le renforcement du réseau routier national, le soutien d’actions relevant des secteurs de l’agriculture, des eaux et forêts, de l’élevage, de l’audio-visuel, de l’habitat, de la justice, de la culture, des sports, de l’aide aux jeunes promoteurs et le financement de programmes socio-éducatifs.

Al Massae

• La consommation du sucre et du gaz-butane en hausse au début du confinement . Le confinement a visiblement impacté les habitudes alimentaires des Marocains. La consommation du sucre au début du confinement a atteint des niveaux records car une large frange de la population, craignant un arrêt des approvisionnements, ont accumulé de grandes quantités en ce produit. Selon un rapport de la caisse de compensation, plus de 115 000 tonnes de sucre ont été consommées durant le mois de mars 2020, mois au cours du quel le confinement obligatoire a été décrété. En comparaison avec l’an dernier, ce chiffre est en hausse de 22%. Ce même mois a connu une consommation accrue du gaz butane domestique, une matière qui, d’habitude, atteint son pic durant le mois de Ramadan. La consommation en gaz butane a, en effet, atteint 269.230 tonnes en mars dernier, en augmentation de 24% par rapport à mars 2019.

• BTP: Les ventes de ciment évoluent de 7,8% en septembre. Les ventes de ciment, principal indicateur du secteur du bâtiment et matériaux de construction (BTP), se sont renforcées de 7,8% au mois de septembre 2020, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. Au titre du troisième trimestre 2020, le volume de ces ventes s’est replié de 3,7% (après +2,6% un an plus tôt), impacté par la baisse du mois de juillet de 24,1%, indique la DEPF dans sa note de conjoncture du mois d’octobre, ajoutant qu’au terme des neuf premiers mois de 2020, ces livraisons ont régressé de 13,1%, au lieu de +2,5% un an auparavant. Pour ce qui est des opérations de financement du secteur immobilier, l’encours des crédits alloués à l’habitat continue son amélioration ascendante depuis le mois de juin pour se renforcer de 2,2% à fin août 2020, après +1,1% à fin mai 2020 et +4,5% un an auparavant, précise la même source.

Al Alam

• La Banque mondiale prévoit une récession de l’économie nationale en 2020. A cause des effets de la pandémie de coronavirus et de la faible pluviométrie enregistrée cette année et ses répercussions sur l’agriculture, la Banque mondiale s’attend à une récession de l’ordre de 6.3% de l’économie marocaine en 2020. Dans son dernier rapport de suivi de la situation économique du Maroc, la Banque mondiale souligne qu’il s’agit de « la plus forte récession de l’économie nationale depuis 1995 ». La crise a provoqué une augmentation des dépenses et un ralentissement de l’activité économique au Maroc, ajoute la même source, soulignant aussi la baisse des transferts des fonds extérieurs, le recul de l’activité touristique et des investissements étrangers.

• Tanger: un mineur disparu dans des conditions suspectes retrouvé. Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger ont retrouvé, mercredi dans les premières heures du matin, un enfant âgé de 12 ans qui faisait l’objet d’une recherche dans l’intérêt de la famille (RIF) suite à sa disparition dans des conditions suspectes. Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que la brigade de la police judiciaire relevant du district de sûreté de Berrechid a été avisé mardi de la disparition de l’enfant mineur dans des conditions mystérieuses, ajoutant que les recherches et investigations menées par les différents services de la sûreté nationale ont permis de localiser le disparu et de le retrouver sur la voie publique à Tanger, ville vers laquelle il avait voyagé.

Bayane Al Yaoum

• Crise libyenne: Il n’y a aucune alternative à l’accord de Skhirate qui constitue la référence. Il n’y a aucune alternative à l’accord politique de Skhirate pour résoudre la crise libyenne, a affirmé mercredi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, soulignant que cet accord constitue la référence. L’accord de Skhirate est une base qui ne peut être exclue dans la recherche de toute solution à la crise libyenne, a insisté M. Bourita dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le président du Haut Conseil d’État libyen, Khaled Al Mechri. Le ministre a aussi souligné que cet accord accorde la légitimité aux institutions et à toutes les composantes du dialogue et doit demeurer une référence dans le cadre des tous les développements que connaît ce dossier et des résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu. Il a toutefois relevé que cet accord peut être développé ou adapté à la réalité, rappelant en outre le soutien du Maroc à tous les efforts pour la résolution de la crise libyenne et sa disposition à poursuivre sa neutralité positive pour la recherche d’une solution, loin de toute ingérence étrangère.

• Le Maroc réélu membre du Sous-comité des Nations Unies pour la Prévention de la Torture. Le Royaume du Maroc a été réélu, en la personne de M. Abdallah OUNNIR, comme membre du Sous-comité des Nations Unies pour la Prévention de la Torture (SPT), lors des élections tenues, jeudi à Genève, durant la 8ème Réunion des Etats Parties aux protocole facultatif à la Convention contre la Torture et Autres Peines ou Traitements cruels, inhumains ou dégradants (OPCAT). La réélection du candidat marocain à ce Sous-comité est une nouvelle consécration du Royaume du Maroc aux Organes des Droits de l’Homme de l’ONU, d’autant qu’elle constitue une reconnaissance indéniable de l’engagement irréversible de notre pays sur la voie de la consolidation de l’Etat de droit, de la démocratie et du respect et protection de tous les droits de l’Homme dans leur indivisibilité, conformément à la Très Haute Vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu L’Assiste, indique le Ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger dans un communiqué. Cette réélection vient également renforcer la présence du Maroc dans les organes onusiens des droits de l’Homme, souligne le ministère, qui note qu’il s’agit là d’un quatrième succès d’affilée en l’espace d’un mois pour les candidatures du Royaume du Maroc aux organes des Droits de l’Homme de l’ONU.

Rissalat Al Oumma

• El Ferdaous: Aucune liste préalable des bénéficiaires de la subvention des projets artistiques. Le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othman El Ferdaous a indiqué, mardi, que son département n’établit aucune liste préalable en ce qui concerne la procédure de la subvention des projets artistiques. En réponse à une question centrale sur « Les mesures adoptées pour la distribution de la subvention aux artistes » à la Chambre des conseillers, M. El Ferdaous a fait savoir que le ministère n’établit aucune liste préalable concernant la procédure de remise de la subvention des projets artistiques, mais confie cette opération à des commissions indépendantes nommées par décret et composées de professionnels expérimentés et professionnels. Ce soutien « dédié aux projets artistiques et non pas aux artistes », vise à stimuler la dynamique de la créativité nationale et à fournir les conditions matérielles et financières, en soutenant les artistes disposant de la carte professionnelle, a relevé le ministre, notant que le nombre des bénéficiaires a été revu à la hausse à 70%, contre 60%.

• Hausse de plus de 7% des échanges interbancaires en 2019. Le nombre des échanges interbancaires transitant par le système interbancaire marocain de télé-compensation (SIMT) a atteint 84,9 millions d’opérations en 2019, contre 79,1 millions une année auparavant, soit une hausse de 7,4%, selon Bank Al-Maghrib (BAM). Dans le même sillage, les valeurs compensées se sont élevées à 1.915,2 milliards de dirhams (MMDH), en progression de 2,4%, indique BAM dans son rapport annuel sur les infrastructures des marchés financiers, les moyens de paiement, leur surveillance et les initiatives d’inclusion financière au titre de l’exercice 2019.Le nombre des échanges mensuels des instruments de paiement a oscillé entre 5,9 et 8,3 millions d’opérations.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Climat des affaires au Maroc: les opérateurs optimistes au T3-2020. L’indice agrégé relatif au climat des affaires au Maroc (iCAM) a atteint 82,5 au 3ème trimestre 2020, soit une nette amélioration par rapport au second trimestre (T2) où l’indice agrégé était de 40,8. Ce résultat reflète un sentiment de marché des décideurs économiques qui s’améliore par rapport au 2ème trimestre 2020, malgré une résurgence de la pandémie, selon les résultats du 3éme trimestre de l’année 2020 de l’iCAM. Publié par Euros / Agency Africa, en partenariat avec Insightek, l’indice iCAM est un indice mesurant trimestriellement le sentiment de confiance des milieux d’affaires marocains quant à l’activité actuelle de leur entreprises, ainsi que leur perspectives sur les 6 prochains mois.

• Pour le Conseil de l’Europe, le système judiciaire marocain se porte bien. La Commission européenne pour l’efficacité de la Justice du Conseil de l’Europe (CEPEJ) a présenté, jeudi à Strasbourg, son rapport de 2020 qui évalue les systèmes judiciaires de 45 pays européens et du Maroc, en tant que membre observateur. C’est la deuxième fois que le Royaume prend part aux huit cycles d’évaluation du système judicaire des Etats membres du Conseil de l’Europe. Le Maroc, rappelle-t-on, bénéficie du statut de partenaire pour la démocratie auprès de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et de celui de partenaire pour la démocratie locale du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux de la même instance européenne siégeant à Strasbourg.

Assahraa Al Maghribiya

• Sahara: le SG de l’ONU somme le polisario et sa milice de quitter Guerguerat. Le Secrétaire général des Nations-Unies a sommé, une nouvelle fois mercredi, le groupe séparatiste armé le polisario et sa milice de quitter la zone tampon de Guerguerat et de ne point obstruer la circulation civile et commerciale régulière dans cette zone. « Nous rappelons que la circulation civile et commerciale régulière ne doit pas être entravée (à Guerguerat) et qu’aucune mesure ne doit être prise qui pourrait constituer un changement du statu quo dans la zone tampon » de Guerguerat, a insisté Stephane Dujarric, le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, lors de son point de presse quotidien à New York. Le porte-parole a déploré que les membres de la MINURSO ont constaté ce mercredi qu’un groupe composé de « cinquante individus », appartenant au polisario et sa milice, se trouvaient à Guerguerat et qu’ils « entravaient la circulation dans la région ».

• Vers l’instauration de nouvelles règles régissant la relation entre l’administration et l’usager. La loi 55.19 relative à la simplification des procédures et formalités administratives et la création d’un portail national vise à définir de nouvelles règles régissant la relation entre l’administration et l’usager et à renforcer l’action des services publics à travers de nouvelles procédures, a affirmé Noureddine Boutayeb, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur. Présentant un exposé lors des travaux du Conseil de Gouvernement, M. Boutayeb a indiqué qu’en application des Instructions Royales concernant la mise en place de textes juridiques pour la simplification des procédures et formalités administratives, il a été procédé à la préparation et à l’adoption de la Loi 55.19, entrée en vigueur à compter de la date de publication de ce texte au Journal Officiel le 28 septembre dernier, a déclaré le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi, dans un communiqué lu lors d’un point de presse à l’issue du Conseil.

Al Ahdath Al Maghribiya

• L’Etat empruntera près de 44MMDH en 2021. Le gouvernement compte emprunter 43.9 milliards de dirhams (MMDH) pour boucler le budget 2021, dont les ressources devraient s’établir à 423.1 MMDH en 2021, contre 461.6 MMH en 2020, soit une baisse de 6.39%. Ces ressources sont constituées de : 228,4 milliards pour le budget général de l’Etat (hors produits des emprunts moyens et longs termes), 2,18 milliards de dirhams pour les SEGMA, 94,3 milliards de dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor et 107,2 milliards pour les recettes d’emprunts à moyen et long terme. Le montant total des charges s’établit en 2021 à 476 milliards de dirhams contre 507,5 milliards en 2020, soit une diminution de 6,2%. Elles se répartissent comme suit : 331,45 milliards de dirhams pour le budget général de l’état (hors amortissement de la dette publique à moyen et long termes); 2,18 milliards de dirhams pour les SEGMA; 93,38 milliards de dirhams pour les comptes spéciaux du Trésor; Près de 49 milliards de dirhams pour l’amortissement de la dette publique à moyen et long termes (dont 42,3 milliards au titre de la dette intérieure et 6,65 milliards au titre de la dette extérieure)

• Le musée de l’Histoire et des civilisations abrite l’exposition « Le Maroc à travers les âges » jusqu’au 30 janvier 2021 (FNM). Le musée de l’Histoire et des civilisations abrite, jusqu’au 30 janvier 2021, l’exposition « Le Maroc à travers les âges », qui dévoile un parcours riche de plus de 450 objets archéologiques et retrace l’histoire millénaire au Maroc, a indiqué mardi la Fondation Nationale des Musées (FNM) dans un communiqué. Trois parties majeures structurent l’exposition, de l’Acheuléen au 19ème siècle, en passant par les différentes civilisations préhistoriques, antiques et médiévales, a précisé la FNM. Les périodes paléolithiques, néolithiques et celle de l’âge des métaux sont représentées à travers des artefacts témoignant sur la présence humaine au Maroc et des indices de la culture matérielle de ces différentes cultures préhistoriques, a fait savoir la même source, soulignant que le crâne du premier Homo Sapiens connu, découvert à Jebel Ighoud et qui a été redaté en 2017, à 315 000 ans avant le présent est particulièrement mis en valeur dans cette nouvelle édition de l’exposition permanente.

Revue de presse quotidienne de ce mercredi 21octobre 2020