Ligue des champions de la CAF: Le Raja Casablanca s’incline à domicile face à Zamalek

18 Oct 2020 à 21:52 Sport
Ligue des champions de la CAF: Le Raja Casablanca s’incline à domicile face à Zamalek

Après la défaite du Wydad de Casablanca sur Al-Ahly (0-2), le Raja  Casablanca a subi le même face à Zamalek (0-1) dans l’autre demi-finale aller de la Ligue des champions, ce dimanche soir au Complexe Mohammed V. Les champions du Maroc devront aller s’imposer au Caire, le week-end prochain, afin d’espérer disputer la finale de la compétition continentale. 

ette contre-performance, qui s’ajoute à la piètre prestation la veille du Wydad Casablanca devant Al Ahly (0-2) complique la tâche des Verts en match retour prévu la semaine prochaine au Caire.

Le round d’observation entre les deux protagonistes a duré plus que prévu, aucune équipe n’a osé passer à l’offensive. Le Zamalek, qui souhaite emboiter le pas à Al Ahly, s’est montré très soudé en défense, emmené par le portier Mohammed Abou Gabal.

Photo Mounir Mehimdate

Le Raja, sur un nuage après le titre de champion du Maroc, arraché in extremis dans les derniers souffles de la Botola Pro aux dépens du WAC, a peiné à imposer son rythme devant des Égyptiens bien en place qui ont réussi à trouver la faille dans la défense rajaouie dès les premières vingt minutes.

Mostapha Ahmed Sayed, auteur d’une échappée côté gauche, réussit une passe lobée qui trouve la tête du Marocain Achraf Bencharki, qui smatche le cuir de la tête pour marquer l’unique réalisation de la rencontre (18è).

Photo Mounir Mehimdate

C’est dire que le même scénario de la demi-finale entre le WAC et Al Ahly semblait se dessiner après l’ouverture précoce du score.

Même s’ils se sont recroquevillés en défense, les joueurs du Zamalek, très en confiance, guettaient la moindre faute pour porter le coup fatal aux Verts.

Dans l’autre camp, les hommes de Jamal Sellami, qui devaient faire le jeu, ne se sont procurés aucune occasion nette de scorer lors de la première période.

Au retour des vestiaires, les Rajaouis n’ont pas pu passer à la vitesse supérieure et n’ont inquiété que rarement le portier égyptien.

Photo Mounir Mehimdate

L’attaquant marocain du Zamalek, Bencharki, a été un véritable poison pour la défense du Raja qui a été très fébrile et manquait d’homogénéité lors de cette rencontre.

Les changements opérés par l’entraineur du Raja, notamment l’entrée de Mahmoud Benhalib au lieu de Mohcine Metouali (63è) ont donné une bouffée d’oxygène à la ligne offensive marocaine qui commençait à s’approcher petit à petit des cages de Abou Gabal.

La réaction tardive des rajaouis n’a néanmoins rien changé au score final du match qui a tourné en faveur des Égyptiens.

Le FC Barcelone pourrait vendre Lionel Messi à Manchester City cet hiver