Moncef Slaoui : « Pas de vaccin avant les élections et une politisation perturbante »

17 Oct 2020 à 21:05 Santé
Moncef Slaoui : « Pas de vaccin avant les élections et une politisation  perturbante »

La Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis considère qu’une efficacité à au moins 50% pour prévenir l’infection ou réduire sa gravité serait suffisante pour accorder une autorisation temporaire. Cependant, e lle a demandé de disposer d’un suivi médian de deux mois pour apprécier l’ensemble des effets du vaccin, une décision qui exclut de fait une annonce avant l’élection présidentielle américaine.

Moncef Slaoui, conseiller scientifique en chef de l’opération Warp Speed ​​et ancien dirigeant pharmaceutique qui a supervisé le développement de 14 vaccins, a répété à plusieurs reprises qu’il s’attend à ce que certains des candidats qu’il a choisis aient une efficacité de 75 à 90% et au moins deux vaccins à gagner l’approbation de la FDA début janvier. «D’ici là, a estimé le Dr Slaoui, les usines sous contrat auront produit suffisamment de vaccins pour 30 à 40 millions de personnes, puis 80 à 90 millions de personnes supplémentaires chaque mois par la suite. En supposant que rien ne va pas, dit-il, il y aura suffisamment de doses pour que les 330 millions d’Américains soient vaccinés d’ici juin prochain ou au meilleur des cas à fin avril ».

Environ 200 vaccins contre le Covid-19 ont été développés sur la planète, 42 font l’objet d’essais cliniques, 10 sont déjà testés à large échelle (phase III), dont 2 sont suivis dans le programme américain (de Moderna et de Pfizer-BioNTech). Ces deux essais vont franchir cette semaine le seuil des 30.000 sujets enrôlés. Leur sprint final dépendra alors non seulement de l’efficacité des vaccins, mais aussi de l’existence d’un nombre suffisant de bornes utiles (« endpoints ») dans leur bras de contrôle. Pour résumer : plus le Covid-19 circule dans les territoires d’expérimentation, plus les résultats se consolideront vite. Les agences poussent la procédure à son extrémité en termes de réduction des délais et d’assistance technique.

Moncef Slaoui a pour sa part annoncé lors d’une interview avec le site américain « Axios », sur les derniers développements concernant le vaccin que « Moderna achèverait la troisième phase des essais de vaccins dans la semaine prochaine », notant qu’elle avait réalisé un grand développement en termes de diversité des personnes qui ont subi ces expériences. Slaoui s’attend à ce que Moderna demande une « licence d’utilisation d’urgence » auprès de la FDA dans les deux ou trois semaines, après avoir terminé les essais de vaccin et assuré son efficacité.

L’expert pharmaceutique maroco-belgo-américain a exprimé son optimisme quant au fait que le vaccin serait prêt à la fin du mois de novembre prochain. Il a souligné que cela limiterait la politisation du vaccin, compte tenu de sa sortie après les élections présidentielles américaines. Il a estimé que «cette politisation a perturbé le déroulement du processus de vaccination». Pour Moncef Slaoui, le facteur le plus important qui reste est la production d’un vaccin sain. Slaoui a poursuivi en disant que des millions de doses pourraient être produites en décembre prochain mais il a mentionné qu’il est également possible qu’il y ait différents vaccins, « la bonne nouvelle est que les données nous guideront sur le vaccin qui peut être utilisé ».

Il a déclaré à cet effet, « Ce qui se passe généralement, c’est que les personnes âgées auront besoin d’un vaccin puissant, plus que les personnes qui ont une immunité plus active et peuvent obtenir un vaccin plus doux, et il en va de même pour les jeunes enfants ». Slaoui a déclaré in fine, que la propriété d’entre 100 et 200 millions de doses du vaccin reviendrait au gouvernement américain, selon l’accord conclu avec les fabricants de vaccins, et qu’après cela, ces doses appartiendraient à ces sociétés. Slaoui a justifié ce soutien du gouvernement américain  en déclarant « L’interférence du gouvernement américain dans la production du vaccin est due à l’incapacité des entreprises privées de subvenir à elles seules au coût élevé de cette production ».

Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 2.392 nouvelles guérisons, un record de 60 décès et un taux de létalité à 1,68%