Les Etats-Unis vont procéder à la première exécution fédérale d’une femme en sept décennies

17 Oct 2020 à 13:34 Monde
Les Etats-Unis vont procéder à la première exécution fédérale d’une femme en sept décennies

 Le ministère américain de la Justice a annoncé vendredi qu’il avait programmé la première exécution fédérale d’une femme en près de 70 ans, fixant le 8 décembre la date de mise à mort de Lisa Montgomery, reconnue coupable d’un meurtre en 2004. En 2007, un tribunal de district américain du district ouest du Missouri avait condamné Montgomery à mort après l’avoir déclarée coupable d’un enlèvement fédéral ayant entraîné la mort.

Son avocate, Kelley Henry, déclaré que « Montgomery méritait de vivre parce qu’elle avait souffert de maladie mentale et de maltraitance pendant son enfance ». Montgomery, a été reconnue coupable d’avoir étranglé avec une corde une femme enceinte, Bobbie Jo Stinnett, 23 ans, avant d’utiliser un couteau à découper pour sortir le fœtus de l’utérus dans le Missouri. Le bébé, Victoria Jo Stinnett, a survécu à l’attaque et a maintenant 16 ans.

Montgomery sera exécutée par injection létale au pénitencier américain de Terre Haute, dans l’Indiana, a indiqué le département dans un communiqué. « Lisa Montgomery a depuis longtemps accepté l’entière responsabilité de son crime et elle ne quittera jamais la prison », a déclaré Henry dans un communiqué. « Mais sa grave maladie mentale et les effets dévastateurs de son traumatisme infantile font de son exécution une profonde injustice ». La dernière femme à avoir été exécutée par le gouvernement américain était Bonnie Heady, qui a été exécutée dans une chambre à gaz dans le Missouri en 1953, selon le Death Penalty Information Center.

Bonnie Heady, dernière femme exécutée dans une chambre à gaz dans le Missouri en 1953

Vendredi, le ministère de la Justice a également prévu une exécution le 10 décembre pour Brandon Bernard, qui avec ses complices avait assassiné deux ministres de la jeunesse en 1999. Ces deux exécutions seront les huitième et neuvième que le gouvernement fédéral aura effectuées en 2020. L’avocat de Bernard, Robert Owen, a déclaré dans un communiqué que le gouvernement fédéral avait induit en erreur le jury du tribunal de district américain du district ouest du Texas, qui en 2000 avait déclaré Bernard coupable de meurtre.

Sa décision a été entachée de faux témoignages, a déclaré l’avocat « Ces preuves confirment que M. Bernard n’est tout simplement pas l’un des« pires des pires »délinquants auxquels nous réservons la peine de mort, et qu’épargner sa vie ne poserait aucun risque pour quiconque », a déclaré Owen.

Depuis l’avènement Trump, l’Administration américaine a mis fin à une interruption informelle de 17 ans (2003) d’exécutions fédérales en juillet dernier, après avoir annoncé l’année dernière que le Bureau des prisons passait à un nouveau protocole pour les injections létales.

Le nouveau protocole a relancé les contestations juridiques de longue date sur les injections létales. Depuis juillet, sept détenus fédéraux ont été exécutés. Daniel Lewis Lee 56 ans membre du groupe suprémaciste blanc Aryan Peoples Republic reconnu coupable du meurtre en 1996 d’un marchand d’armes de sa femme et de sa fille a été le premier à être exécuté le 14 juillet à la prison de Terre Haute dans l’Indiana.

Oxfam appelle à une justice fiscale pour la dignité des vulnérables