Prix de la culture amazighe 2019: Le Prix de mérite revient au chercheur Lhoussaine Ait Bahcine

17 Oct 2020 à 14:29 Culture
Prix de la culture amazighe 2019: Le Prix de mérite revient au chercheur Lhoussaine Ait Bahcine

Figure emblématique du mouvement amazigh, le chercheur Lhoussaine Ait Bahcine a été récompensé du Prix de mérite de la culture amazighe de l’année 2019.

Ce prix vient récompenser les efforts de Lhoussaine Ait Bahcine pour la promotion de la langue et de la culture amazighe dans le Royaume.

Le chercheur a été couronné lors de la cérémonie de remise du prix de la culture amazighe de l’année 2019, organisée vendredi soir à Rabat par l’Institut Royal de la Culture amazighe (IRCAM) sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Ait Bahcine a souligné que cette consécration est une « reconnaissance des efforts fournis par l’IRCAM » pour la préservation de l’héritage culturel amazigh, mettant en relief la valeur ajoutée des nouvelles oeuvres dans l’enrichissement de la scène culturelle amazighe.

Cette cérémonie a été marquée par la remise des prix des différentes catégories. Le prix national des médias et de la communication est ainsi revenu à Al Mustapha Sguenfle, journaliste au service Amazigh à l’Agence Marocaine de Presse (MAP) dans la catégorie de la presse écrite pour son article “D' »Ousmane » à « Tchaïkovski », le fabuleux destin de Belaïd El Akkaf”, à Nourredine Najmi, dans la catégorie émissions radio (Radio Amazigh) et à Salima El Yaacoubi , catégorie audiovisuelle (chaîne Tamazight 8).

Par ailleurs, le prix national de la création littéraire amazighe a été décerne à Saleh Ait Saleh dans la catégorie de la poésie et à Lahbib El Knassi dans la catégorie du récit, alors que la catégorie littérature de l’enfant a vu la consécration de Mohamed El Massoudi.

En ce qui concerne le prix de la catégorie du théâtre, il a été attribué à Ahmed Zahid, tandis que Ibrahim El Asri a été couronné dans la catégorie traduction pour sa traduction du Français vers l’Amazighe de l’œuvre de Molière « lLe Médecin malgré lui ».

Le Prix national de l’éducation et de l’enseignement a été décerné à Ayad Alhyani (catégorie des professeurs-chercheurs), Al Hassan Ait Abbou (catégorie des inspecteurs), Mohamed Lamaain (catégorie des enseignants du primaire) et à Lahcen Borji (catégorie des formateurs).

Quant au Prix de la recherche et des programmes informatiques, il a été attribué à Ilias Belalia pour l’élaboration d’une application mobile présentant un dictionnaire multimédia dédié à l’apprentissage de la langue amazighe.

Le Prix national de la chanson moderne est revenu au groupe Azza-Khalid Abbou pour sa chanson « Tifiras », alors que le Prix national de la chanson traditionnelle a été remporté par Houssein Taoussi pour son album « Al Awa Akayounk A Amazigh » (Lève la tête, ô Amazigh).

L’association « Arif pour la culture et le patrimoine » de la ville d’Al Hoceima a remporté le Prix national du théâtre, alors que l’association « Ahwach Aglagal des arts populaires » de la commune de Assaki de la ville de Taroudant a décroche le Prix national de la chorégraphie collective.

Institut Cervantes de Rabat: Cycle de conférences en ligne sur la Covid, du 20 octobre au 10 décembre