Des « hacktivistes » piratent le site du département algérien de la Santé

Des « hacktivistes » piratent le site du département algérien de la Santé

Mercredi dernier, 14 octobre 2020, c’était la stupéfaction au ministère algérien de la Santé et même plus. Et pour cause, le site du département (www.sante.gov.dz ) a subi une cyberattaque de la part d’un groupe de hackers marocains croit savoir le journal électronique ObservAlgerie qui se basait sur une information émise par Yabiladi. Une page anonyme avait remplacé la page web ou la page d’accueil, la laissant ainsi inactive un long moment durant.

Elle affichait un message rédigé par des «hacktivistes» sous la bannière d’un groupe de hackers, nommé «Morrocan revolution hacker’s», égrenant un  qui message disait : « Salutations tout le monde. Nous sommes des hackers marocains et algériens. Nous sommes les Blackhat hackers ». Ces derniers ont réussi à contourner le plus aisément du monde, la protection logiciel du site de la plus haute instance sanitaire en Algérie. Le site www.sante.gov.dz s’ouvrait normalement, mais son contenu était inaccessible pendant un long moment. La page affichait un écran noir avec un message écrit en anglais par les auteurs de cette cyberattaque, qui affirmaient son piratage par « Morrocan Revolution hacker’s ».

Cette attaque n’est pas la première du genre que subit le site du ministère algérien de la santé, en ce moment de crise sanitaire. Le mois de mai dernier, un hacker soi-disant marocain, surnommé « Ox Souhail » et se disant appartenir à ce même groupe (Morrocan Revolution) qui comme son nom ne l’indique pas n’est pas spécialement marocain, avait piraté le même site, resté hors ligne pendant plusieurs heures avant qu’il ne soit rétabli. Nombre de médias algériens avait alors lié l’affaire avec les « déclarations » du Consul Général marocain à Oran.

Il faut souligner que le département du Dr Abderrahmane Benbouzid ministre de la Santé n’a pas communiqué à propos de ces deux attaques, qui interviennent à l’heure d’une période critique due à la crise sanitaire sans précédent que subit la planète. Le ministère s’est attelé à remettre le site opérationnel à nouveau sans pour autant attacher une quelconque importance à cette incursion.

L'esport s'attaque aux tricheurs