Un tiers des Marocains souffrent de dépression, les ruraux sont plus stressés

Un tiers des Marocains souffrent de dépression, les ruraux sont plus stressés

Un rapport de « Arab Barometer » de l’Université de Princeton (New Jersey) sur la santé mentale dans les pays de la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) indique que 20% des Marocains souffrent de dépression, et 29% se plaignent de stress presque souvent. L’étude, qui inclut de nombreux pays, a indiqué que 31% des Marocains qui souffrent de stress vivent à la campagne et 28% en milieu urbain. Les Marocains quant à ce phénomène se classent  au neuvième rang du classement, alors qu’ils arrivent en septième position pour ce qui est de la dépression ( 24% en milieu urbain et 27% en milieu rural).

Le rapport, se basait sur un questionnaire adressé à plus de 25 000 citoyens du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord sur les problèmes potentiels de santé mentale rencontrés dans leur pays. Le document a classé l’Irak parmi les pays où les personnes souffraient le plus de dépression avec 43%. Il est suivi de la Tunisie de 40% et la Palestine de 37%. En comparaison le Maroc, l’Algérie 20% et le Soudan 15% sont les moins susceptibles de se sentir déprimés.

L’étude explique que ces pourcentages sont en lien avec les expériences de guerre récentes et aux conflits en cours guerre en Irak et en Palestine, tandis que pour la Tunisie, les causes peuvent être liées à la phase de transition. Le rapport toujours dans le contexte de la dépression a ajouté que les citadins au Liban, en Libye et au Soudan sont plus susceptibles d’exprimer un sentiment de dépression, tandis que les résidents ruraux en Irak, en Tunisie, en Jordanie, en Égypte et au Maroc sont les moins opaques et les plus susceptibles à déclarer être déprimées en comparaison avec la population urbaine.

Pour ce qui est du stress la même source rapporte que 35% de la population de toute la région ressentent souvent des tensions, et que les Tunisiens (53%), les Irakiens (49%) et les Jordaniens sont en tête de liste. A l’inverse les Egyptiens, les Algériens ( 27%). les Soudanais ( 22%) et les Koweïtiens (12%), sont les citoyens de la région MENA les moins susceptibles de déclarer leurs sentiments de stress. La fiche d’information présentant certaines des principales conclusions indique que les populations urbaines en Tunisie, au Yémen, en Libye, en Egypte et au Soudan sont plus susceptibles de signaler un stress. En même temps, les populations rurales d’Irak, du Liban, du Maroc et d‘Algérie sont plus susceptibles de signaler un stress.

Il n’y a pas de différence substantielle entre les populations urbaines et rurales de Jordanie. Sans surprise, les personnes vivant dans les camps de réfugiés en Palestine sont plus susceptibles de signaler un stress, suivies des populations rurales puis urbaines. Les populations urbaines au Liban, en Libye et au Soudan sont plus susceptibles de déclarer se sentir fréquemment déprimées. Aucune différence ne peut être observée entre les populations urbaines et rurales en Algérie et en Palestine. Cependant, en ce qui concerne cette dernière, encore une fois, les personnes dans les camps de réfugiés ont une plus forte prévalence de la dépression.

Affaire Omar Radi: Les autorités publiques refusent que HRW mette en doute l'indépendance de la justice