OCP résultats : une bien belle performance dans un contexte difficile

29 Sep 2020 à 13:20 Economie
OCP résultats : une bien belle performance dans un contexte difficile

Le Groupe « OCP » en publiant ce mardi ses résultats pour le second trimestre et le premier semestre 2020 a affiché une bien belle performance par rapport au premier semestre 2019 malgré des conditions de marché moins favorables dues au contexte de la pandémie qui frappe la planète.

Pour ce faire, OCP a mis à profit sa flexibilité industrielle pour répondre aux marchés à forte demande ainsi que son agilité commerciale pour fournir les principales régions importatrices, tout en préservant son avantage compétitif en termes de coûts, ce qui a permis au Groupe d’atteindre de bons niveaux de rentabilité.

Pour ce qui est des perspectives, OCP prévoit une demande accrue en Inde – après une bonne saison de mousson – et au Brésil – qui connaît de fortes exportations de soja. La demande provenant de ces régions devrait compenser le ralentissement de la demande en Europe occidentale, où les conditions économiques des agriculteurs ont récemment été moins favorables. En outre, la demande intérieure en Chine devrait entraîner une réduction de leurs exportations et les coûts des intrants devraient être stables. La solide performance d’OCP au premier semestre permet d’entrevoir une année 2020 sous le signe de la reprise tel que démontré sur les deux premiers mois du troisième trimestre.

OCP a maintenu un chiffre d’affaires stable grâce à une hausse significative des volumes d’exportation d’engrais, compensant largement la baisse des prix comparativement au premier semestre 2019 grâce à sa forte personnalité présentiel à l’international répondant ainsi à la demande importante de ses marchés clés, à savoir l’Amérique Latine, l’Europe et l’Inde quant aux engrais provenant. Malgré le va-t-en guerre de l’épidémie, OCP s’est organisé pour continuer à assurer un niveau de production élevé dans le respect total des mesures sanitaires garantissant la santé et la sécurité de ses collaborateurs, et en plein accord avec l’état d’urgence décrété par les pouvoirs publics.

La marge d’EBIDTA (earnings before interest, taxes, depreciation, and amortization ou bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) d’OCP de 31% (869 millions de dollars contre 883 millions de dollars en 2019), qui s’est maintenue au niveau de l’exercice précédent reflète les efforts constants en matière d’optimisation des coûts de production et d’excellence opérationnelle indique le communiqué de presse du Groupe. Une performance soutenue par la baisse des prix du soufre et de l’ammoniac sur la période et des économies de coûts afin de faire face à la propagation de la COVID-19.

Le chiffre d’affaires au premier semestre 2020 a atteint 2,80 milliards de dollars, contre 2,87 milliards de dollars au premier semestre 2019. Une performance qui s’explique principalement par la hausse des volumes de vente d’engrais de plus de 1,5 million de tonnes par rapport au premier semestre 2019. Le chiffre d’affaires de la roche a diminué de 5% d’une année sur l’autre, reflétant principalement la baisse des prix de la roche, qui a largement compensé la hausse des volumes exportés, notamment vers l’Amérique Latine et l’Europe.

Celui de l’acide phosphorique a diminué de 31% par rapport à fin juin 2019, impacté à la fois par la baisse des prix et des volumes de vente  en raison d’exportations moindres d’acide vers l’Inde. Le chiffre d’affaires des engrais a, quant à lui, augmenté de 12% par rapport au premier semestre de l’exercice précédent, reflétant principalement une hausse des volumes exportés, notamment vers l’Amérique latine, l’Europe et l’Inde, qui a largement compensé la baisse des prix des engrais. A fin juin 2020, la trésorerie et équivalents de trésorerie s’est élevée à 1,11 milliards de dollars. Les dépenses d’investissement ont atteint 520 millions de dollars au premier semestre 2020.

Des ardeurs de croissance économique réfrénées face à la situation épidémiologique