La France lance enfin les enchères pour la 5G

29 Sep 2020 à 11:14 High-tech
La France lance enfin les enchères pour la 5G

La France, « en retard » dans le déploiement de la 5G au grand dam du gouvernement, lance mardi l’attribution des premières fréquences, qui devrait rapporter plusieurs milliards d’euros à l’Etat.

Initialement prévues en avril, mais repoussées en raison de la pandémie de coronavirus, ces enchères débutées à 9h30 doivent permettre aux opérateurs (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free) d’acquérir 11 « blocs » de fréquences aujourd’hui inutilisés, et ouvrir la voie aux premières commercialisations de services 5G dans certaines villes à la fin de l’année.

Malgré la défiance d’une partie de l’opinion et les multiples demandes de « moratoire » de plusieurs élus de gauche, le futur réseau mobile sera lancé en France en utilisant d’abord la bande allant de 3,4 à 3,8 gigahertz (GHz) sur le spectre électromagnétique.

Les quatre opérateurs ont déjà obtenu chacun un bloc de 50 mégahertz (MHz) dans cette bande de fréquences, au prix fixe de 350 millions d’euros. Avec les 110 MHz supplémentaires mis en jeu, l’État espère encaisser 2,17 milliards d’euros au minimum.

Un opérateur ne pourra pas acquérir plus de 100 MHz « pour donner ses chances à chacun », explique l’Arcep, régulateur français des télécoms qui encadre les enchères.

Etats-Unis : TikTok maintenue sur le sol américain, du moins pour l'instant