Errachidia : Plus de 4 tonnes de chira saisies depuis le début de l’année

25 Sep 2020 à 11:10 Regions
Errachidia : Plus de 4 tonnes de chira saisies depuis le début de l’année

Une quantité dépassant les 4 tonnes de chira, outre 300 kg de kif, ont été saisis par la brigade anti-drogue relevant du service régional de la police judiciaire d’Errachidia, depuis le début de l’année en cours.

Selon le commissaire de police, Abdelali Maghraoui, chef de cette brigade, il a également été procédé lors de ces opérations à la saisie de 13 véhicules et l’arrestation de 16 personnes.

L’opération sécuritaire menée mercredi soir, qui a abouti à la saisie d’une tonne de chira dans une ferme agricole près d’Errachidia, est la septième du genre depuis le début de 2020, a-t-il précisé dans une déclaration à la presse.

L’ensemble de ces opérations sécuritaires interviennent dans le cadre de la coordination permanente avec la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST)., a-t-il ajouté, faisant noter que  l’opération de mercredi soir est toujours en cours, en coordination et sous la supervision du parquet général, dans le but d’appréhender toutes les personnes impliquées dans cette affaire.

Pour rappel, une tonne de chira a été saisie, mercredi soir, par les éléments du service régional de la police judiciaire d’Errachidia dans une ferme agricole, située à la commune rurale d’Amellago, à quelques kilomètres de la ville.

Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), avait indiqué que cette opération sécuritaire, menée sur la base d’informations précises fournies par les services de la DGST, a permis la saisie de 40 ballots de chira d’un poids total d’une tonne, ainsi que l’interpellation d’un individu âgé de 44 ans a pour implication présumée dans la possession et le trafic de drogues et de psychotropes.

De même, a ajouté la même source, il a été procédé à la saisie de trois voitures dont la provenance et le statut juridique sont actuellement en cours d’identification, ainsi que des bouteilles de boissons alcoolisées, un coutelas et plusieurs téléphones portables utilisés dans cette activité criminelle.

Viol, menaces, violence... L’enfer infligé par un « Fkih » à des enfants de Zemmij