Revue de presse quotidienne de ce jeudi 8 octobre 2020

08 Oct 2020 à 09:24 Presse
Revue de presse quotidienne de ce jeudi 8 octobre 2020

Ci-après les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 8 octobre 2020

Le Matin

• Le Bureau de l’UCESA tient sa première réunion pour la mandature 2019-2021 . Le bureau de l’Union des Conseils Economiques et Sociaux et Institutions Similaires d’Afrique (UCESA) a tenu, mercredi à Rabat, par visio-conférence sa première réunion pour la mandature 2019-2021 présidée par le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE). Cette réunion a pour objectifs d’examiner l’état d’avancement de la feuille de route et les préconisations pour la redynamisation de l’union dans le contexte de la pandémie et de faire le point sur le suivi des recommandations de l’assemblée générale de Rabat. S’exprimant à cette occasion, le Président de l’UCESA et du CESE, Ahmed Réda Chami, a mis en exergue le rôle éminent que l’UCESA est en mesure de remplir en tant que levier efficace d’intégration régionale et de plaidoyer auprès des communautés économiques régionales (CEDEAO, CEEAC..) et de l’Union africaine.

• Les opportunités d’affaires qu’offre le Maroc aux entreprises polonaises présentées à Varsovie . Les opportunités d’affaires qu’offre le Maroc aux entreprises polonaises dans différents secteurs d’activité ont été mises en avant lors d’une rencontre mardi à Varsovie entre l’Ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun et le Président des Employeurs de Pologne, Andrzej Malinowski. Cette réunion a porté sur les moyens visant à renforcer les relations économiques et commerciales entre le Maroc et la Pologne, indique un communiqué de l’Ambassade du Maroc. M. Atmoun a saisi cette occasion pour exposer les atouts économiques du Royaume en tant que destination sûre pour les investissements et porte d’entrée par excellence vers l’Afrique pour les investisseurs polonais.

Libération

• Covid-19/solidarité: 3 personnes démunies sur 4 ont reçu de l’aide . Trois personnes démunies sur 4 affirment avoir reçu de l’aide, selon une étude réalisée par la Fondation Tadamone.com sur la solidarité et l’impact socio-économique du Covid-19 sur la population défavorisée. L’aide d’origine citoyenne (famille/voisinage, donateurs/associations) a pu atteindre 80 % des personnes bénéficiaires alors que l’aide d’origine publique (Etat et CNSS) a été accordée à 62% d’entre elles, indique la fondation dans un communiqué sur les résultats de cette étude. Et de préciser que les personnes bénéficiaires ont reçu en moyenne plus d’une aide (1,3) avec une disparité régionale constatée dans la répartition et la nature des aides, ajoutant que seuls 26% des personnes bénéficiaires considèrent que l’aide reçue est suffisante.

• Les mesures restrictives maintenues à Jerada jusqu’au 13 octobre . Les autorités provinciales de Jerada ont décidé le maintien jusqu’au 13 octobre courant des mesures restrictives visant à interrompre la chaîne de propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Sur la base du suivi quotidien de la situation épidémiologique au niveau de la province et des recommandations de la réunion du comité provincial de vigilance, tenue lundi, il a été décidé la prolongation, pour une semaine renouvelable (jusqu’au 13 octobre à 18H), de l’application des mesures exceptionnelles anti-Covid mises en place depuis le 22 septembre dernier. Dans un communiqué, les autorités provinciales expliquent que ces mesures concernent l’imposition d’un permis exceptionnel pour se déplacer de et vers les villes de Jerada et Aïn Béni Mathar, délivré par les autorités compétentes, l’interdiction des rassemblements dans les espaces publics, ainsi que des fêtes, des cérémonies de mariage, des funérailles et des réunions familiales.

L’Opinion

• Rentrée politique : Les dossiers brûlants qui attendent le gouvernement. Comme chaque année, le Parlement inaugurera sa session d’automne au deuxième vendredi du mois d’octobre, mais cette fois-ci avec un agenda mouvementé, marqué par une crise sanitaire qui a ravagé l’économie nationale et des débats houleux et très attendus sur les prochaines élections. Par ailleurs, plusieurs réformes brûlantes attendent le gouvernement au cours de cette rentrée politique dont un dossier de la santé publique fiévreusement chaud en cette période de pandémie, un Code pénal en stand-by, un projet de loi sur le droit de grève toujours en suspens…Tant de dossiers qui trainent depuis longtemps dans les couloirs et les bureaux de divers ministères et qui n’autorisent désormais plus aucun attentisme.

• Benguérir : Création de l’Institut des Sciences de l’Education de l’UM6P. L’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) à Benguérir a décidé la création de l’Institut des Sciences de l’Education et la nomination de Stéphanie Leblanc en tant que « Program Lead » et ce, dans le cadre de la dynamique de développement de cet établissement universitaire d’excellence. La création de cet Institut tend aussi à permettre à l’UM6P de se positionner comme un acteur de premier plan dans la promotion et le développement de la qualité des systèmes éducatifs du Maroc et des autres pays d’Afrique. Cette entité aura ainsi pour missions de mettre en valeur et de contribuer à la mission d’excellence de l’UM6P en enseignement universitaire, en créant des projets d’accompagnement, de formations et de recherche en pédagogie universitaire et techno-pédagogie au profit des étudiants et professeurs de tous les programmes de l’Université, souligne l’UM6P dans un communiqué publié sur son site internet.

Al Bayane

• OCDE: M. Jazouli présente le plan d’action de SM le Roi pour faire face au Covid-19 . Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Mohcine Jazouli, a présenté le plan d’action mis en place conformément aux Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI pour faire face au Covid-19, et ce lors de la 6ème réunion de haut niveau du Comité directeur du centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), tenue mardi par visioconférence. Intervenant à l’occasion de la 1ère session de cette réunion sous le thème « Bâtir des sociétés résilientes et inclusives », M. Jazouli a rappelé les orientations de SM le Roi pour faire face aux effets du choc sanitaire et de la crise économique qui découlent du Covid-19.

• Casablanca-Settat: 37 accords dans les domaines de l’équipement, de l’eau, de l’agriculture et du textile . Le conseil de la région de Casablanca-Settat a approuvé, lundi, lors de sa session ordinaire du mois d’octobre, 37 accords de partenariat et de coopération avec des secteurs gouvernementaux, des établissements publics et universitaires et des associations de la société civile portant sur les secteurs de l’équipement, de l’eau, de l’agriculture, du textile entrepreneurial et de la santé. Lors de cette réunion présidée par le président de la région Mustapha Bakkoury, en présence du wali de la région, Said Ahmidouch, et des représentants des secteurs concernés, des accords ont été approuvés avec le ministère de l’équipement, du transport, de la Logistique et de l’Eau et les conseils provinciaux d’El Jadida et Benslimane pour la réalisation de projets routiers à Casablanca, El Jadida et Benslimane. Le Conseil a également approuvé des accords de partenariat et de coopération pour la rationalisation de l’exploitation des ressources hydriques dans la région et l’approvisionnement en eau potable des communes des provinces de Settat, El Jadida, Benslimane, Sidi Bennour, Berrechid, et la préfecture de Mohammadia.

L’Economiste

• Maroc : réduction significative de la pauvreté monétaire durant les 20 dernières années. Au cours des vingt dernières années, le Maroc a réussi une réduction significative de la pauvreté monétaire, passée de 15,3% en 2001 à 4,8% en 2014, selon le HCP. Cependant, des estimations de la Banque mondiale, basées sur le revenu par habitant, indiquent que l’incidence de la pauvreté pourrait atteindre 6,6% en 2020. Par ailleurs, en raison de la crise économique et sociale déclenchée par Covid-19, la proportion de personnes «vulnérables à la pauvreté » et/ou «pauvres» pourrait passer de 17,1% de la population en 2019 à environ 19,87% en 2020, soit environ 1 million de personnes additionnelles.

• L’enseignement privé chiffre ses pertes. Pour l’enseignement-formation privée, la facture Covid a été bien salée, chiffres à l’appui. La jeune Fédération de l’enseignement privé (FEP), récemment affiliée à la CGEM, a confié à un cabinet la réalisation d’une étude sur l’impact de la crise pandémique sur le secteur. Au niveau de l’enseignement général (primaire-secondaire), au 3ème trimestre de l’année scolaire 2019-2020, la perte en chiffre d’affaires, due aux exonérations et réductions accordées, au non-paiement de certains parents et à la déscolarisation d’élèves est estimée à 468 millions de DH. A cela s’ajoutent des investissements en équipements pour les besoins du e-learning, évalués à près de 153,7 millions de DH. L’enseignement supérieur privé, pour sa part, aurait essuyé une perte de chiffre d’affaires de 177,3 millions de DH. Dans son plan d’action, la Fédération entend œuvrer à la «restructuration» et à la «requalification du secteur de l’enseignement privé, en coordination avec l’Etat. A cet effet, la FEP envisage notamment de travailler sur l’opérationnalisation du «Contrat stratégique global» prévu par la loi-cadre régissant le secteur (51-17), ainsi que sur un contrat-programme pour le développement de l’enseignement privé.

Akhbar Al Yaoum

• HCP : Légère hausse de la demande extérieure adressée au Maroc au 4ème trimestre. La demande mondiale adressée au Maroc s’améliorerait de 0,5% au quatrième trimestre 2020 par rapport au troisième trimestre, mais sa variation annuelle demeurerait négative, se situant à -8,9%, a annoncé le HCP. La demande intérieure poursuivrait, pour sa part, son redressement progressif modéré, poursuit le HCP qui vient de publier sa note de conjoncture du T3 et perspectives pour le T4, notant que la baisse des dépenses des ménages s’atténuerait, sous l’effet d’une légère reprise des achats de biens durables. Les dépenses de restauration et de transport progresseraient également, par rapport au troisième trimestre mais à un rythme moindre, relève la note, ajoutant que dans l’ensemble, la consommation domestique fléchirait de 7,9%. Les dépenses en services non marchands, particulièrement sociales, resteraient relativement dynamiques, situant la hausse de la consommation publique à 5,7%.

• Promotion immobilière: Le CVE lance un nouveau produit de garantie. Le Comité de Veille Economique (CVE) a décidé de mettre en place un nouveau produit de garantie baptisé « Damane Relance Promotion Immobilière », en vue d’accompagner les entreprises de promotion immobilière sévèrement touchées par la crise sanitaire de Covid-19. Nouvelle variante du produit « Damane Relance », ce produit de garantie permettra d’accompagner cette catégorie d’entreprises qui répondent aux critères d’éligibilité définis à cet effet, en leur offrant des garanties de crédits de moyen et long terme destinés à couvrir les besoins de financement pour l’achèvement de leurs projets immobiliers. Le crédit garanti par ce nouveau produit, plafonné à 50 millions de dirhams par projet, est ouvert aussi bien aux projets ayant déjà bénéficié d’un crédit de promotion immobilière qu’à ceux ayant fait appel uniquement à de l’autofinancement. Dans une déclaration à la presse, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a indiqué que la réunion du CVE a constitué une occasion de se pencher sur un produit spécifique concernant la garantie pour la promotion immobilière et qui a été exclue des premiers projets eu égard à la spécificité du secteur.

Al Massae

• Vers la privatisation de l’identification et de l’enregistrement des mouvements des animaux . Le ministère de l’Agriculture se dirige vers la privatisation des opérations l’identification et de l’enregistrement des mouvements des animaux. En effet, ces opérations pourront bientôt être déléguées, par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, à des organismes publics ou à des personnes morales de droit privé. En plus de ces des opérations d’identification des animaux et des opérations d’identification des animaux dont la production est destinée à la consommation humaine, les délégataires seront également chargé de la mise à jour régulière de la base de données nationale de l’identification des animaux et des documents d’accompagnement par l’enregistrement des mouvements des animaux tels que la vente, l’achat, l’abattage, le décès et la cession. La délégation sera régie par un cahier de charges qui prévoit notamment le respect de la confidentialité des données dont le délégataire a connaissance et le respect des principes d’impartialité et d’absence de conflit d’intérêts.

• Le confinement réduit les dépenses de la CNOPS. Les dépenses de la CNOPS ont enregistré une baisse à cause de la propagation du coronavirus qui a imposé un confinement à de nombreux patients. Cette situation financière saine reste conjoncturelle et appelle à la prudence vu que le résultat technique en 2019 était négatif, soit -180 MDH et vu la persistance de facteurs qui en menacent la pérennité notamment, la stagnation des cotisations et leur plafonnement, le vieillissement accéléré de la population assurée, l’accroissement des personnes porteuses d’affection de longue durée et de leurs dépenses, les prix exorbitants de plusieurs postes comme le médicament (30% des dépenses) et les analyses biologiques. En 2020, la CNOPS a enregistré une légère de baisse de 185 MDH en matière de couverture des dépenses de soins de santé par rapport à l’année 2019, en raison de la pandémie de la Covid-19 et des mesures de confinement adoptées depuis mars 2020.

Al Alam

• Grippe saisonnière: peut-on avoir un vaccin gratuitement ? A la veille de l’automne et de l’hiver, les observateurs craignent une aggravation de la crise sanitaire du Covid-19 à cause de l’avènement de la grippe saisonnière. Ainsi, le ministère de la Santé est censé mettre gratuitement à la disposition des citoyens le vaccin contre la grippe saisonnière, à l’instar des pays voisins. Dans ce sens, le virologue Mustapha Naji, souligne que le ministère de la Santé, met à la disposition de son personnel et du personnel d’autres départements, le vaccin anti-grippe saisonnière, ajoutant qu’il est prévu d’en fournir pour les personnes nécessiteuses car les personnes aisées peuvent s’en procurer à un prix abordable (entre 200DH et 300DH).

• Le soutien clair de SM Roi à la stabilité de la Libye favorise la réussite du dialogue inter-libyen. Le deuxième round du dialogue inter-libyen à Bouznika a été sanctionné par des accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté. Grâce à sa crédibilité et son impartialité, la diplomatie marocaine est parvenue à rapprocher les points de vue des acteurs politiques dans cette crise. En effet, les accords auxquels sont parvenues les deux délégation libyennes sont décisifs pour le choix des titulaires des postes de souveraineté, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, se félicitant de l’esprit positif ayant marqué ce round. Un rapport contenant ces accords sera soumis aux présidents du Haut conseil d’Etat et de la Chambre des représentants pour approbation, a souligné M. Bourita, relevant que le dialogue inter-libyen de Bouznika dispose de tous les éléments et facteurs favorisant sa réussite. Parmi ces facteurs, le ministre a cité le soutien clair de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et du Royaume à tout ce qui contribue à la stabilité de la Libye et qui permet à ce pays de sortir de la crise qu’il connaît depuis des années, ajoutant que la Vision Royale a pour fondement le soutien «inconditionnel» des frères Libyens et de toutes leurs initiatives visant à parvenir à des consensus et à résoudre la crise.

Bayane Al Yaoum

• Régions émergentes: un programme d’autonomisation économique des femmes dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille ont consacré une enveloppe de 12 MDH pour le financement du programme « Régions émergentes », visant l’autonomisation et l’inclusion économique des femmes et des filles de la région. Le programme, qui fait l’objet d’une convention-cadre du partenariat stratégique entre les deux parties, vise à activer les axes du programme national pour l’autonomisation économique des femmes et des filles et la promotion de leurs droits économiques et sociaux à travers l’inclusion et l’autonomisation des femmes en situation difficile ou issues d’un milieu précaire. La convention a pour objectif l’organisation de sessions de formation au profit des bénéficiaires autour de la création d’entreprises et leur développement, et des ateliers sur la formulation des projets, ainsi que l’accompagnement des bénéficiaires avant et après la création d’entreprise et le soutien financier pour le lancement de projets individuels ou collectifs.

• Établissement au Maroc d’un Bureau Programme pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique de l’UNOCT. Le Maroc et l’Organisation des Nations unies (Onu) ont signé, en visioconférence, un Accord de siège pour l’établissement au Maroc du Bureau Programme pour la lutte contre le terrorisme et la Formation en Afrique de l’UNOCT (United nations Office of Counter-Terrorism). Signé par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et le Secrétaire général adjoint de l’Onu à la lutte contre le terrorisme, Vladimir Voronkov, ce centre reflète l’ambition de conjuguer les efforts afin de faire face aux défis liés à la menace terroriste grandissante en Afrique ces dernières années. Ce bureau, le premier du genre en Afrique, vise à “renforcer la capacité des États membres par l’élaboration de programmes nationaux de formation à la lutte contre le terrorisme”, a indiqué M. Bourita, qui intervenait en marge de la cérémonie de signature de cet accord. Le Maroc, a dit le ministre, s’engage à oeuvrer de concert avec cette nouvelle structure afin de créer un portefeuille dynamique de formation de pointe qui évolue et s’adapte à la mission « en perpétuel changement et de plus en plus difficile de prévention, de détection et de poursuite des activités terroristes ».

Rissalat Al Oumma

• Établissement d’un bureau de l’UNOCT au Maroc, « étape naturelle” dans le renforcement de la capacité antiterroriste du Maroc en Afrique. L’établissement au Maroc d’un Bureau Programme pour la lutte contre le terrorisme et la Formation en Afrique de l’UNOCT intervient comme une “étape naturelle” dans le renforcement de la capacité antiterroriste du Maroc en Afrique, a affirmé le Secrétaire général adjoint des Nations unies à la lutte contre le terrorisme Vladimir Voronkov. C’est également un “événement historique” et un pas “logique” en avant vu le “leadership” du Maroc dans la lutte antiterroriste des Nations unies, a souligné M. Voronkov lors de la signature, en visioconférence, d’un Accord de siège pour l’établissement au Maroc du Bureau Programme pour la lutte contre le terrorisme et la Formation en Afrique relevant de l’UNOCT. En effet, il ne s’agit pas de l’établissement d’une présence sur le terrain, mais plutôt d’une « extension au Maroc » du bureau onusien de lutte contre le terrorisme, a souligné M. Voronkov, qui s’est dit convaincu que cet “exemple servira d’encourageant à beaucoup de pays dans les années à venir”.

• Des opérateurs économiques français explorent le potentiel halieutique des provinces du Sud. Les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Laâyoune-Sakia El Hamra, de par leurs multiples opportunités d’investissement qu’elles présentent et les infrastructures modernes dont elles disposent, constituent un avantage pour les entreprises françaises souhaitant investir dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture. Lors d’un webinaire sous le thème « Mission Laâyoune/Dakhla, stratégies et potentialités halieutiques et portuaires », initié par la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), en partenariat avec le Conseil régional des pays de La Loire, les acteurs économiques et chefs d’entreprise français ont débattu des opportunités d’investissements et d’affaires offertes dans le secteur halieutique. Ils ont fait part du grand intérêt qu’ils portent à ces deux régions en plein essor et de leur souhait de contribuer à la dynamique économique dans les provinces du Sud, tout en saisissant les différentes opportunités d’investissements notamment dans le secteur de la pêche.

Al Ittihad Al Ichtiraki

• Le confinement a limité l’accès des personnes âgées aux soins. L’effectif des personnes âgées s’élève actuellement à près de 4,1 millions habitants, indique le HCP, expliquant qu’elles se caractérisent souvent, en plus de l’âge, par d’autres types de fragilités telles qu’une immunité réduite ou la présence de maladies chroniques, avec une prévalence dépassant les 63% chez cette catégorie de la population, soit 2,57 millions de personnes. Pour ces raisons, les personnes âgées comptent parmi la population la plus à risque de développer une forme grave d’infection à la Covid-19, souligne le HCP, à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale des personnes âgées (1er octobre). Afin de limiter la propagation de la pandémie du Covid-19, les autorités ont entrepris nombre de mesures, dont notamment le confinement qui a fortement impacté l’accès des personnes âgées aux soins. En effet, parmi les 38,2% de personnes âgées souffrant de maladies chroniques ayant nécessité un examen médical pendant le confinement sanitaire, 44% n’ont pas eu accès à ces services. Ce pourcentage atteint 36,7% en cas des maladies passagères.

• De nouveaux critères pour la fermeture des écoles en cas de contamination. Au lendemain de la reprise de l’enseignement présentiel dans certains établissements, le ministère de la Santé a défini une procédure pour la prise en charge des éventuels cas de contamination au sein des établissements scolaires. Dans une nouvelle circulaire, le ministère a expliqué qu’en cas d’enregistrement de 3 contamination ou plus dans une même classe, les cours seront suspendus pour cette classe pour une durée d’une semaine, tout en observant les mesures préventives nécessaires au niveau de toute l’école concernée. Par ailleurs, les camarades de classe des cas positifs et le reste des élèves de l’école ne seront pas amenés à effectuer un test PCR. En cas d’apparition de cas positifs dans 3 classes ou plus, l’établissement scolaire sera fermé pendant une semaine, tout en appliquant les mesures préventives, sans pour autant demander aux élèves et au personnel de l’école concernée d’effectuer des test PCR.

Al Ahdath Al Maghribiya

• L’Amicale Hassania des magistrats condamne les tentatives de détourner un dossier soumis à la justice. L’Amicale Hassania des magistrats a condamné toutes les tentatives « pitoyables » visant à détourner de sa voie un dossier soumis à la justice, à influencer celle-ci et à porter atteinte à son indépendance. Dans un communiqué suite à la réunion de son bureau central, l’Amicale indique qu’en sa qualité de membre actif de l’Union internationale des magistrats et de plusieurs organisations internationales professionnelles et des droits de l’Homme et au regard des ses engagements constants en tant qu’association professionnelle soucieuse de défendre l’indépendance de la justice et la dignité des magistrats, elle a suivi avec indignation les publications d’Amnesty et de Human Rights Watch comportant des « contre-vérités et interprétations montées de toutes pièces selon une approche fragmentaire, unilatérale et manquant d’objectivité » sur le dossier d' »Omar Radi », dans le but d’induire en erreur l’opinion publique nationale et internationale et de porter gravement atteinte à l’indépendance de la justice.

• Gaz butane/Sucre: la charge de compensation atteint 8,3 MMDH à fin août. La charge de la subvention du gaz butane et du sucre relative aux huit premiers mois de 2020 s’élève à 8,3 milliards de dirhams contre 9,08 MMDH lors de la même période de l’année dernière, ressort-il du dernier bulletin d’information de la Caisse de compensation. Dans le détail, la charge de la subvention du gaz butane s’est élevée à fin août 2020 à 6,11 MMDH contre 6,72 MMDH à la même date de l’année 2019, soit une diminution de 9%, indique la même source qui impute cette baisse essentiellement au repli des cours du gaz butane, et par conséquent, à la baisse de la subvention unitaire de 15% au cours cette période. L’évolution de la charge de compensation du sucre, aussi bien en quantités qu’en valeur, relative aux huit premiers mois de l’année 2020 a connu aussi une diminution de 7% comparée à la même période de l’année 2019, relève la même, notant que celle-ci s’est élevée à 2,20 MMDH pour la période allant du mois de janvier à août de l’année 2020 contre 2,36 MMDH pour la même période en 2019.

Assahraa Al Maghribia

• Appui aux réfugiés: Le HCR se félicite de la qualité de la coopération avec le Maroc. Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Philippo Grandi, s’est félicité mardi de la qualité de la coopération avec le Maroc, mettant en avant l’engagement et les efforts du Royaume en faveur des réfugiés et des migrants dans le plein respect de leurs droits fondamentaux. « Je remercie le Maroc et me réjouis de la qualité de la coopération avec les autorités marocaines, qui continuent de gérer une population mixte importante, de réfugiés et de migrants, en respectant pleinement leurs droits fondamentaux », a affirmé M. Grandi qui réagissait à la déclaration prononcée par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, à l’occasion de la 71ème Session du Comité Exécutif du Programme du HCR. M. Grandi a indiqué également avoir pris note des remarques de l’ambassadeur Zniber au sujet de la situation des populations sahraouies à Tindouf et du refus de l’Algérie de procéder à leur recensement en violation des principes et règles internationaux.

• Le « Polisario » veut les efforts du Maroc pour résoudre la question du Sahara . Le Conseil de la région Guelmim-Oued Noun a souligné, mercredi, que les récentes « tentatives désespérées » menées par le « Polisario » visent à saboter les efforts du Maroc en vue de mettre fin à la question du Sahara marocain. Dans un communiqué, la présidente du conseil, Mbarka Bouaida, réaffirme, « en son nom et au nom des membres du conseil et de tous les habitants de la région, sa condamnation des tentatives désespérées des séparatistes visant à saboter les efforts du Maroc pour résoudre la question du Sahara et à mettre en péril la paix dans cette partie du Royaume ». Le conseil dénonce ainsi les provocations ayant ciblé le Maroc en tentant de changer le statut de la zone tampon, d’effectuer des manœuvres militaires et de fermer le poste-frontière El Guergarat. Les séparatistes du « Polisario » cherchent, en effet, « à paralyser le mouvement commercial et humanitaire du Maroc, entraver la liberté de mouvement et porter préjudice aux intérêts stratégiques du Royaume avec les Etats d’Afrique subsaharienne », ajoute-t-on de même source.

Revue de presse quotidienne de ce mercredi 7 octobre 2020