La lettre empoisonnée à la ricine destinée à Donald Trump envoyée du Canada

20 Sep 2020 à 11:41 Monde
La lettre empoisonnée à la ricine destinée à Donald Trump envoyée du Canada

Des responsables fédéraux ont intercepté une enveloppe adressée à la Maison Blanche contenant du poison ricin, a déclaré samedi un responsable américain des forces de l’ordre à l’Associated Press. La ricine est le poison le plus violent du règne végétal, 6000 fois plus puissant que le cyanure. Il s’agit d’une substance mortelle en cas d’ingestion, d’inhalation ou d’injection, et contre laquelle il n’existe pas d’antidote.

Destinée au président américain Donald Trump, l’enveloppe contenant du poison aurait été envoyée à partir du Canada, selon ce qu’a indiqué la Gendarmerie royale du Canada (GRC) samedi soir. La lettre avant de se rendre à la Maison-Blanche aurait transitée par Montréal. D’autres colis du genre auraient aussi été envoyés à des adresses au Texas, et ils seraient possiblement liée à la même personne. Une femme aurait été identifiée comme suspecte en lien avec les envois.

« La GRC confirme avoir reçu une demande d’assistance du FBI en lien avec une lettre suspecte envoyée à la Maison-Blanche […]. Selon les premières informations de l’enquête, la lettre proviendrait du Canada», faisait état la déclaration. La lettre a été interceptée dans une installation gouvernementale qui filtre le courrier adressé à la Maison Blanche et au président Donald Trump, a déclaré le responsable américain sous couvert d’anonymat car non autorisé à discuter publiquement.

Une enquête préliminaire avait indiqué que le courrier avait été testé positif à la ricine, un poison naturellement présent dans les graines de ricin, a encore déclaré le responsable américain. Dans un communiqué, le FBI a déclaré que ses agents travaillaient pour enquêter sur « une lettre suspecte reçue dans un service postal du gouvernement américain » et qu’il n’y avait « aucune menace connue pour la sécurité publique ». Le FBI, les services secrets et le US Postal Inspection Service menaient l’enquête.

Des précédents dans le genre, il y en a eu. En 2018 un vétéran de la marine avait été arrêté, reconnaissant en cela avoir envoyé des enveloppes à Trump et aux membres de son administration contenant la substance dont la ricine est dérivée. L’homme, William Clyde Allen III, avait envoyé des enveloppes avec des graines de ricin moulues au président, au directeur du FBI Christopher Wray, au secrétaire à la Défense de l’époque, Jim Mattis, à la directrice de la CIA, Gina Haspel, et à la secrétaire de l’armée de l’air, Heather Wilson. Les lettres avaient été interceptées sans faire de victimes. En 2014, un homme du Mississippi a été condamné à 25 ans de prison après avoir envoyé des lettres saupoudrées de ricine au président Barack Obama et à d’autres responsables.

Coronavirus: Plus de 136.000 décès au Brésil