Retraités français : Le Maroc, première terre d’exil du troisième âge hors d’Europe

Retraités français : Le Maroc, première terre d’exil du troisième âge hors d’Europe

Le Maroc, après le Portugal et l’Espagne est la troisième destination préférée des séniors français où il est bon imaginer une retraite sous des cieux plus cléments qu’en France. Le Royaume à ce choix, devance la Thaïlande, la Mauritanie et la Tunisie, la Grèce, l’Italie, le Sénégal et Bali en tant que pays attirant le plus de retraités français du moins si l’on s’en tient au magazine français «Challenge».

Le Maroc pour ce faire et ce classement a obtenu 62,7 points, l’Espagne 63,7 pts et le Portugal 68,4 pts. Selon la même source, au Maroc il y a 53 824 Français enregistrés auprès de l’ambassade de France dans le Royaume, mais « le nombre est à deux à trois fois plus élevés au regard de nombreux Français non enregistrés » auprès de l’ambassade de leur pays, indique le document.

Quoique subjectifs, douze critères ont été pris en compte : le coût de la vie, la valeur de l’immobilier, le climat, l’environnement, le patrimoine culturel, la variété des loisirs proposés, la cuisine, les soins médicaux, la sécurité, la proximité géographique, l’intégration et les infrastructures.

Si les destinations favorites de l’exil du troisième âge sont variées, le Maroc pour ce qui est des atouts apparaît comme une terre très accueillante pour les seniors français car d’une part et d’autres, la langue française est largement pratiquée, le climat y est agréable tout au long de l’année, la fiscalité avantageuse et il est un faible coût de la vie qui fait la différence, ce qui explique le nombre de retraités français ayant choisi le Maroc pour s’expatrier.

La seconde chaîne française (France2) avait précédemment estimé et précisé que « le coût de la vie au Maroc est bien inférieur à celui de la France pour les retraités qui perçoivent en moyenne une pension de 2500 euros par mois ». Le magazine français « Challenge » précise que les mots « retraite » et « étranger » ont été recherchés trois fois plus sur les moteurs de recherche électroniques lors de la crise sanitaire, ce qui « témoigne de l’intérêt des Français pour un nouveau mode de vie ».

« Dans l’ensemble, le contexte est plutôt propice au départ, avec des retraites en baisse et des déductions en hausse. Mais l’engouement actuel est aussi dû à un plus grand souci de qualité de vie », explique Paul Delawater, auteur de « Limitless Retreat », qui traite des retraités. Cependant les raisons du papy-boom ne concerne pas que les Français de souche. Nombre d’expatriés ont la double-nationalité et plus particulièrement au Maroc en Tunisie et Algérie.

A ce petit jeu, nous dit le quotidien « Le Monde »l’Algérie est le premier sol d’accueil et compte plus de 360 000 pensionnés résidents, dont la moitié sont des veuves de travailleurs émigrés vers la France dans les années 1960 et 1970, devenus français et « revenus au pays » après leur vie active. Idem pour le Maroc, avec 62 000 pensionnés dont 32 000 veuves, ou la Tunisie, avec 22 000 pensionnés dont 15 000 veuves.

Marocains rebelles au confinement, le coronavirus de la colère