Revue de presse quotidienne de ce jeudi 17 septembre 2020

17 Sep 2020 à 09:16 Presse
Revue de presse quotidienne de ce jeudi 17 septembre 2020

Ci-après les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi 17 septembre 2020

Le Matin :

• Le Maroc réaffirme son engagement dans la dynamique internationale pour la consécration des droits de l’Homme, sous la conduite clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI. L’ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’Office des Nations unies à Genève, Omar Zniber, a mis en avant la dynamique constante engagée au Maroc sous la conduite clairvoyante de S.M. le Roi Mohammed VI pour la consécration des droits de l’Homme. Le diplomate marocain, qui s’exprimait mardi à l’occasion de la 45e Session du Conseil des droits de l’Homme, a relevé à cet égard «deux annonces importantes faites à l’occasion de la Fête du Trône». Il s’agit du «plan de relance économique ambitieux consistant en la création d’un Fonds d’investissement stratégique d’environ 120 milliards de dirhams, soit l’équivalent de 11% du PIB, et la généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains, au cours des cinq prochaines années, à commencer par l’Assurance maladie obligatoire, et les allocations familiales, ainsi que l’accès à la retraite et à l’indemnité de perte d’emploi».

• Quand le chef de la diplomatie irlandaise éconduit sèchement un lobbyiste du polisario. Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney a réitéré la position de son pays concernant la question du Sahara marocain, plaidant pour un règlement politique dans le cadre du processus onusien. Répondant à la question d’un député de son pays sur les relations avec le Maroc, dont les avancées notoires ces dernières années taraudent les esprits échauffés des ennemis de l’intégrité territoriale, notamment après l’annonce de l’ouverture prochaine de l’ambassade irlandaise à Rabat, Coveney a souligné que son pays «soutient le processus dirigé par les Nations Unies et les efforts du secrétaire général de l’ONU pour parvenir à un règlement politique définitif» de la question du Sahara. Contrairement à la lecture biaisée de l’APS, la réponse du chef de la diplomatie irlandaise est restée cadrée par la position immuable de son pays sur la question du Sahara qui est en parfaite conformité avec celle de l’ONU.

L’Économiste :

• Indemnité Covid-19: Nouveau mode opératoire. Après une première phase d’aides directes au profit des personnes en arrêt d’activité à cause des effets de la pandémie, le gouvernement a opté pour une nouvelle approche. Le projet de décret-loi, adopté en Conseil de gouvernement et validé en Commission au Parlement, a rompu avec le caractère global de ce soutien. Désormais, des secteurs précis, fortement touchés par les effets de cette crise sanitaire, seront ciblés, même s’ils ne sont pas en arrêt d’activité. “La nouvelle logique vise à cibler directement les secteurs les plus touchés. L’objectif est de concentrer les efforts sur ces secteurs d’activité, afin de favoriser leur relance et assurer le maintien des postes d’emploi”, a souligné le ministre du Travail Mohamed Amekraz.

• Chloroquine : Pourquoi il faut l’autoriser à domicile. «Il faudrait assurer la prescription de la chloroquine pour les patients en isolement à domicile, en impliquant le secteur privé». C’est la conviction de Mohamed Mounir Mikou, anesthésiste-réanimateur, membre de la Société marocaine d’anesthésie d’analgésie et de réanimation (SMAAR). «Car, aussitôt prise, aussitôt le malade est guéri, et ne présente pas de complication. C’est le principe même de l’efficacité du traitement à la chloroquine», argue-t-il. Pour aller vite, dès les premiers symptômes de l’infection, et bien avant la fin de la première semaine, ce traitement évite aux patients une dégradation de leur état. «Et les études, à l’échelle internationale l’ont bien montré. Pour les patients qui arrivent à l’hôpital dans une situation grave, le traitement à la chloroquine s’avère inefficace, car il est administré à un stade tardif, quand les complications commencent déjà à s’installer», explique Mikou.

Aujourd’hui Le Maroc :

• Projet de loi sur la grève : Le gouvernement fait marche arrière. Coup de théâtre. Le gouvernement reporte à une date ultérieure la présentation du projet loi organique relatif aux modalités de mise en œuvre du droit de grève. Comme annoncé précédemment par le journal, le ministère de tutelle devait présenter ce mercredi, devant la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, ledit projet. Seulement, l’annonce de cette date avait provoqué une levée de boucliers chez les syndicats les plus représentatifs. Des sources syndicales ont annoncé mardi que l’exécutif entend ouvrir un débat sur la question et préfère ainsi retarder la présentation du projet de loi organique à une date ultérieure. En outre, les observateurs voient en cette décision une crainte gouvernementale d’ouvrir un nouveau front avec les syndicats à quelques mois des élections.

• Les crèches privées demandent l’aide de l’Etat. Les crèches privées au Maroc sont au bord de la faillite. L’Association marocaine des crèches privées (AMPC) tire la sonnette d’alarme en annonçant la perte de milliers d’emplois et la fermeture définitive de nombreuses crèches si des mesures de sauvetage ne sont pas prises par le gouvernement dans les plus brefs délais. L’association fait d’ailleurs savoir que certaines crèches se sont déclarées en faillite dès le mois de juin et ont été obligées de licencier leur personnel. Selon l’association, les pertes financières sont considérables en relevant que les crèches se sont retrouvées avec des baisses de chiffres d’affaires de plus de 70%. Dans un communiqué, l’AMCP demande au ministère de la jeunesse et des sports de reconnaître officiellement les crèches privées comme étant impactées par la pandémie de Covid-19 et de débloquer au plus vite des aides d’urgence pour le maintien de l’emploi et de l’activité.

Revue de presse quotidienne de ce mercredi 16 septembre 2020