Brexit: Boris Johnson confiant pour un deal

16 Sep 2020 à 19:59 Monde
Brexit: Boris Johnson confiant pour un deal

Le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a déclaré que son pays ne voulait pas de « no deal » avec l’Union européenne. Les deux parties vivent un climat de haute tension ces dernières semaines.

Alors que les négociations sur la prochaine relation économique entre les deux partenaires n’ont pas avancé, la situation s’est compliquée lorsque le gouvernement britannique a annoncé un projet de loi qui revient sur une partie des engagements pris par Londres en vertu de l’accord sur le Brexit.

Si le Premier ministre britannique a lui-même avoué que ce teste violait le droit international, il n’a cependant pas déclaré mercredi qu’il allait revenir sur cette loi.

Néanmoins, il a déclaré qu’un Brexit sur un « no deal » n’était pas « ce n’est pas ce que ce pays veut », affirmant avoir « bon espoir » de parvenir à un accord post-Brexit avec l’Union européenne d’ici la fin de l’année.

« Et ce n’est pas ce que nos amis et partenaires de l’UE veulent de nous », a-t-il ajouté. « C’est pourquoi j’ai bon espoir que ce ne sera pas l’issue » des négociations, a-t-il poursuivi, interrogé par le comité de liaison, qui regroupe les présidents des différentes commissions parlementaires.

Les Européens ont donné à Londres jusqu’à la fin du mois pour retirer les dispositions controversées sinon c’est une action en justice qu’il engageront, ont-ils prévenus.

« Je préfère avoir des protections qui garantissent l’intégrité de ce pays et protègent contre une rupture potentielle du Royaume-Uni », a déclaré le chef du gouvernement conservateur, estimant que les Européens avaient « manifestement échoué » à garantir l’absence de « blocus » dans les échanges entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne en cas de « no deal » à la fin d’une période de transition s’achevant fin 2020.

Les deux parties doivent conclure un accord pour éviter le « no deal » et une possible catastrophe pour l’économie d’ici à octobre.

Guinée: L'opposition anti-Condé appelle à manifester massivement