La communication en période de crise sanitaire expliquée par des spécialistes

16 Sep 2020 à 08:34 Société
La communication en période de crise sanitaire expliquée par des spécialistes

La communication en période de crise sanitaire, est une gymnastique assez complexe. Ce qu’elle doit être, et ce qu’elle ne doit pas être, ce qu’elle doit donner ou évitée, autant de données expliquées dans une publication dédiée, élaborée par des médecins spécialistes.

Cosignée  Jamal Eddine Kohen, président de la société marocaine d’anesthésie, d’analgésie et de réanimation (SMAAR), Lahcen Belyamani , président de la société marocaine de médecine d’urgence (SMMU) et Ahmed Rhassane El Adib, vice-président de la société marocaine de simulation médicale (Morocco SIM), la publication souligne les règles et stratégies pour « bien communiquer » en temps de crise sanitaire.

Sous l’intitulé « Crise sanitaire et stratégies de communication », les 3 spécialistes commencent par énumérer trois problématiques principales : Les règles de communication en période de crise sanitaire, les stratégies de communication en période de crise sanitaire et le cas de la pandémie Covid-19 au Maroc.

Pour ce qui est des règles de la communication en période de crise sanitaire, ils mettent en avant 10 règles principales, à savoir la nature de la crise sanitaire et l’évaluation contextualisée du risque, l’évaluation et le suivi du processus, la confiance, la réalité et l’empathie, la synchronisation, la mise en phase, la cohérence et l’harmonie, le recadrage, l’approche solutionniste et motivationnelle, le calme, la sérénité et l’optimisme et l’anticipation et la préparation stratégiques.

Pour eux, l’échange d’information, autrement dit la communication, doit être continue, transparente, indépendante, crédible et utilisable par le citoyen, car, estiment-ils, toute stratégie visant une planification communicationnelle doit prendre en considération ces règles inhérentes à une crise sanitaire.

Ils préconisent donc, qu’au début de la crise, la peur d’un danger imminent, l’anxiété et l’angoisse amplifiées par la contagion émotionnelle (Surmédiatisation), justifient un mode communicatif autoritaire et dirigiste à condition d’avoir un lien de confiance établi.

Les messages, ordres ou suggestions doivent être courts, clairs, cohérents et bien expliqués pour une bonne assimilation des citoyens, avancent nos spécialistes.

Et de faire observer que la communication pendant la crise sanitaire est un processus dynamique nécessitant des mises à jour régulières sur les définitions des cas suspects ou confirmés et leurs prises en charge par des stratégies adaptées aux différents types de destinataires : Grand public, malades, professionnels…

Is considèrent, en outre, important de ratifier un changement positif (même minime), précisant qu’une amélioration de la situation épidémiologique doit être imputée aux efforts collectifs, encouragée et reconnue.

Concernant les différentes stratégies de communication, ils en énumèrent sept, à savoir la définition des publics cibles, la détermination des objectifs, l’argumentation, la coopération, l’établissement des vecteurs et voies de la communication, l’évaluation et la réadaptation, en plus de la préservation et la culture de la crédibilité.

A chaque public correspondent des objectifs communs réalistes, réalisables établis après recadrage, d’où, disent-ils, la nécessité d’argumenter les propos, en harmonisant les informations crédibles émanant d’experts.

Pour les auteurs de la publication, « une communication transparente sur les risques sanitaires permet une prise de conscience et l’implication active de la population dans les mesures préventives, car il s’agit là d’un processus dynamique, adaptatif et continu« .

La crise sanitaire étant «une menace pour l’état de santé de la population caractérisée par l’état d’urgence et le caractère inédit du risque», la communication n’en est que plus «un levier essentiel de toute crise sanitaire en l’occurrence pendant la pandémie de la COVID-19», considèrent les chercheurs.

Selon eux « cette communication constitue un des outils essentiels permettant de mieux gérer une situation de crise sanitaire et exige des communicants compétents (en santé publique et en communication) disponibles, crédibles, rassurants pour créer et développer le lien de confiance nécessaire tout au long du processus ».

Pour conclure que «la communication doit véhiculer des informations précoces, transparentes, cohérentes, rassurantes, simples, utilisables, personnalisées, prenant en compte les réalités des destinataires, le contexte anxiogène et l’impact socio-économique».

Procès à distance : 387 audiences du 7 au 11 septembre