Facebook bloque la diffusion d’un Français qui se laisse mourir en direct, faute d’euthanasie

05 Sep 2020 à 17:03 Monde
Facebook bloque la diffusion d’un Français qui se laisse mourir en direct, faute d’euthanasie

L’euthanasie étant interdite en France, un patient atteint d’une maladie incurable a tenté de se laisser mourir en direct sur Facebook, samedi 5 septembre, avant que le réseau social ne bloque sa vidéo.

Alain Cocq, un homme de 57 ans souffrant d’une maladie dégénérative et incapable de se lever depuis deux ans, se dirige vers les derniers moments de sa vie.

Dans ce sens, Cocq a pris une grande décision. Il veut que le monde entier voie la douleur et la souffrance qu’il subirait en disant au revoir à ce monde.

Le Français a décidé de diffuser en direct sa mort sur Facebook dans un acte de protestation contre les lois de son pays, qui n’autorisent pas l’euthanasie.

« Le chemin de la délivrance commence et, croyez-moi, j’en suis heureux », a déclaré Alain Cocq sur son compte Facebook. « Je sais que les jours qui m’attendent vont être difficiles mais j’ai pris ma décision et je suis serein », a ajouté ce militant pour une « fin de vie digne », qui entendait avec ce geste dénoncer les insuffisances de la loi sur la fin de vie en France.

Mais la plateforme a bloqué samedi midi la diffusion de la vidéo. « Bien que nous respections sa décision de vouloir attirer l’attention sur cette question complexe, sur la base de conseils d’experts nous avons pris des mesures pour empêcher la diffusion en direct sur le compte d’Alain, car nos règles ne permettent pas la représentation de tentatives de suicide », a déclaré samedi à l’AFP un porte-parole de Facebook.

« Facebook me bloque la diffusion vidéo jusqu’au 8 septembre », a déclaré Alain Cocq sur son compte.

Cloué au lit, souffrant le martyre en raison de la maladie qui le ronge depuis des années, l’homme avait interpellé le président français Emmanuel Macron en lui demandant de l’aider à mourir et d’autoriser un suicide assisté par un médecin. Une requête qui avait été refusée par ce denier.

« Parce que je ne suis pas au-dessus des lois, je ne suis pas en mesure de donner suite à votre demande. Je ne peux demander à personne d’aller au-delà de notre cadre juridique actuel. Votre souhait est de demander une aide active à mourir, ce qui n’est actuellement pas autorisé dans notre pays« , a déclaré le président français à l’homme malade dans une lettre.

Cet épisode a relancé le débat sur l’euthanasie dans le pays. Alors que de nombreux pays ont permis aux patients malades d’en profiter en cas de manque d’espoir, la France ne l’a toujours pas légalisé.

La France avait été témoin d’un autre cas important dans le passé où l’euthanasie était exigée. Vincent Lambert était un homme de 32 ans qui a subi de graves lésions cérébrales après avoir eu un accident en 2008. Alors qu’il restait inconscient, sa famille a demandé qu’il soit euthanasié, mais cette demande n’a pas non plus été acceptée. Lambert est décédé l’année dernière.

Mort de Douch, père de la terreur khmère rouge